La direction des programmes sportifs de l'Université de Montréal ne croyait sans doute pas provoquer une crise d'une telle envergure, mercredi, en annonçant que le contrat de l'entraîneur-chef Marc Santerre ne serait pas renouvelé.

Publié le 12 nov. 2010
Michel Marois LA PRESSE

Les joueurs des Carabins ont vivement réagi et ils avaient convoqué les médias, tôt vendredi matin, pour exprimer leur soutien à Santerre et demander des explications à la direction. Une cinquantaine de joueurs, dont tous les meneurs de l'équipe, étaient au Cepsum.

«Marc Santerre était l'homme le plus dévoué aux succès des Carabins, mais aussi à la réussite de ses joueurs, a expliqué le porteur de ballon Rotrand Sené, l'un des porte-parole. Il était le coach, l'ami, le confident, toujours disponible pour nous aider et nous supporter dans nos études et dans la vie.»

Jean-Gardy Clermont, capitaine de la défensive, a rappelé: «Il a quitté beaucoup pour venir ici et il l'a fait pour nous. On ne compte plus les joueurs qu'il a sorti de situations difficiles pour leur offrir la chance d'étudier et même de faire carrière au football. Sans Marc, je ne serais sûrement pas un diplômé universitaire.»

Avisés par un simple courriel, mercredi, les joueurs avaient initialement été convoqués à une réunion vendredi matin. «On a ensuite annulé cette réunion, puis nous avons appris hier (jeudi) soir, après que nous ayons convoqué les médias, que la réunion aurait finalement lieu», a raconté Clermont. Nous aimerions que la direction suspende le processus en cours et prenne le temps de répondre à nos interrogations.»

Dialogue de sourds

La fameuse réunion a donc finalement eu lieu dans une salle du Cepsum en matinée et les joueurs en sont ressortis pleins d'amertume. «On ne nous a pas écoutés, a estimé Clermont. Les membres de la direction ont répondu comme des politiciens, parlant des moyennes académiques et de nouveaux objectifs.

«On dirait qu'ils veulent un entraîneur qui sera là de 8h à 15h, alors qu'eux vont maintenant s'occuper des études. On dirait aussi qu'ils ne veulent plus d'étudiants problèmes. Dans ces conditions, certains joueurs songent sérieusement à quitter l'équipe.»

Le demi-défensif recrue Antoine Pruneau est ressorti de la réunion en colère. «On dirait qu'ils veulent changer toute l'équipe! On nous dit que la moyenne des notes n'est pas assez élevée, mais plusieurs de nos joueurs proviennent de milieux difficiles et ils travaillent avec acharnement - et avec le support de Marc - pour rattraper le terrain perdu.

«Moi, je vais suivre les autres gars de l'équipe. Si d'autres décident de demander leur release, je le ferai aussi. Je ne vois pas qui pourrait faire mieux que Marc à la tête de cette équipe.»

Tristement, d'autres joueurs plus âgés ont avoué qu'ils pourraient tout laisser tomber, le football et les études, sans l'appui indéfectible de leur mentor.

Une décision irrévocable

Le président du conseil d'administration du Cepsum, Robert Panet-Raymond, lui-même un ancien Carabin, a pris la parole plus tard dans la journée au nom de la direction.

«Je dois d'abord rappelé qu'il s'agit d'une décision institutionnel et non l'affaire d'un homme ou d'une femme, comme cela a été rapporté de façon erronée dans certains médias, a expliqué Panet-Raymond. Nous croyons qu'il était temps de passer à autre chose.

«En un sens, la réaction des joueurs nous réjouit parce qu'elle confirme que nous avions pris une bonne décision en embauchant Marc Santerre il y a cinq ans. Il a sauvé la carrière et sans doute aussi la vie de plusieurs de ses joueurs et nous lui en sommes très reconnaissant.

«Nous pensons toutefois que des choses peuvent être améliorées, pas seulement sur le terrain. Il est important que les athlètes réussissent leurs études. Plusieurs jeunes ne se seraient sûrement pas rendus à l'Université sans lui, mais une fois à l'Université, tous les étudiants doivent performer.»

Informé des menaces de départ des joueurs, Panet-Raymond a répliqué : «Nous serions déçus de perdre des joueurs et des étudiants, mais aucun joueur, ou aucun entraîneur d'ailleurs, n'est plus important que le programme.»

M. Panet-Raymond a finalement confirmé que l'UdM entendait agir rapidement pour remplacer Marc Santerre et que l'identité de son remplaçant pourrait être annoncée dans les prochains jours. Tout indique que ce sera Danny Maciocia.