C'est dans une ambiance électrique que les deux meilleures équipes du football universitaire québécois - le Rouge et Or de Laval et les Carabins de l'Université de Montréal - se sont retrouvées au CEPSUM.

Michel Marois LA PRESSE

Évoluant à guichets fermés pour la première fois depuis 2005, devant plus de 5100 spectateurs euphoriques, les Carabins ont créé une immense surprise en infligeant à leurs rivaux une première défaite depuis 2007 et un premier revers au Québec en près de trois ans. En s'imposant nettement 28-7, l'équipe de Marc Santerre a rejoint Laval au premier rang de sa conférence et prouvé que le Rouge et Or n'était pas invincible.

«On vient de battre la meilleure équipe au pays avec une formation qui a vraiment joué en symbiose, a raconté l'entraîneur-chef montréalais après le match. Tout le monde a bien fait, l'attaque, la défense et les unités spéciales, qui nous ont donné un gros touché au quatrième quart. Notre dernière victoire contre eux, en 2006, avait été satisfaisante, mais celle-là l'est peut-être encore plus.»

Les deux équipes ont maintenant une fiche de 4-1, mais Laval a l'avantage d'avoir battu Montréal par un point de plus dans le premier match entre les deux équipes, le 19 septembre. N'eut été d'un converti raté par le botteur montréalais Pierre-Paul Gélinas, les deux équipes seraient parfaitement à égalité.

«Montréal a joué avec beaucoup plus d'intensité, a reconnu l'entraîneur-chef du Rouge et Or, Glen Constantin. Il nous manquait un gros morceau (le quart-arrière étoile Benoit Groulx, blessé à la clavicule), mais ils nous ont bien battus.

«Nous sommes contents d'avoir gardé l'avantage du bris d'égalité, c'est certain, mais les Carabins ont une bonne équipe et nous savons maintenant qu'ils peuvent nous battre.»

Si les deux équipes remportent logiquement leurs trois derniers matchs du calendrier régulier, puis leur demi-finale provinciale, c'est à Québec, au PEPS de l'université Laval, qu'elles se retrouveraient pour disputer la Coupe Dunsmore.

Brouillette et Sené ont vite frappé

Les Carabins ont vite frappé en prenant les devants sur leur première série offensive. Une passe de touché de 39 verges du quart Marc-Olivier Brouillette à l'ailier Frank Bruno a rapidement permis aux Carabins de mener 7-0.

Après avoir créé l'égalité 7-7, sur une passe de cinq verges du quart réserviste César Sanchez-Hernandez à Mathieu Picard, Laval n'a plus été en mesure de menacer les Carabins. Très agressive, la défense montréalaise a été dominante.

«Nous avions bien préparé le match et nous avons exécuté les jeux bien mieux qu'à Québec lors du premier match contre eux, a expliqué l'ailier défensif Gregory Alexandre, particulièrement efficace tout au long du match.

Nous savons maintenant qu'on peut les battre... et eux le savent aussi.»

Les Carabins se sont sauvés avec le match en deuxième demie, menés en attaque par Brouillette (16 en 28, pour 233 verges et un touché) et le porteur de ballon Rotrand Sené (150 verges de gains et un touché).

«Nous avons eu une grosse semaine à l'entraînement et j'étais heureux de pouvoir affronter Laval cette-fois», a noté Brouillette, qui était blessé le 19 septembre quand les Carabins avaient affronté le Rouge et Or sans quart-arrière.

«Nous avons frappé tôt et, avec la foule déchaînée qui nous encourageait, nous avons gardé l'avantage pendant tout le match. C'est tellement satisfaisant de battre Laval», a-t-il conclu avant d'aller préparer les deux examens auxquels il devra se soumettre aujourd'hui...

Les Carabins étaient les derniers à avoir vaincu le Rouge et Or en saison régulière, le 28 octobre 2006, avec un gain de 7-2 dans un match disputé au CEPSUM. La dernière défaite du Rouge et Or remontait au 17 novembre 2007, 2-24, en demi-finale nationale (Uteck Bowl) contre les Huskies à Saint-Mary's. Laval avait remporté ses 16 derniers matchs.

McGill continue

Dans un autres match de la conférence québécoise, samedi, McGill est venu de l'arrière pour battre Bishops 21-19. C'est un placement de 28 verges d'Austin Anderson, dans la dernière minute du match, qui a fait la différence.

Aussi samedi, Concordia a disposé de Sherbrooke 34-22 pour remporter son premier match de la saison.