Dans l'un des plus grands moments de sa carrière, Dave Van Horne s'est retrouvé dans une situation peu familière.

Publié le 23 juill. 2011
Chris Johnston LA PRESSE CANADIENNE

«Je ne trouve presque pas les mots pour décrire cette expérience», a admis celui qui a longtemps été la voix anglophone des Expos de Montréal en acceptant samedi le prix Ford C. Frick pour son excellence en description du baseball majeur, alors qu'il faisait son entrée au Panthéon du baseball.

Cet honneur ne surprendra pas ceux qui l'ont écouté décrire les rencontres des Expos durant 32 ans, du premier match inaugural de l'équipe en avril 1969 jusqu'en 2000. Il est maintenant à l'emploi des Marlins de la Floride, avec qui il en est à sa 11e saison.

Van Horne a été témoin de plusieurs moments marquants, mais rien n'égale le match parfait réussi par le lanceur des Expos Dennis Martinez le 28 juillet 1991, qui avait fait dire à Van Horne: «El Presidente, El Perfecto!»

Il avait pensé à cette phrase juste avant le début de la deuxième moitié de la neuvième manche.

«J'étais assis durant la pause publicitaire et je me suis simplement demandé: «Qu'est-ce que je vais faire? Qu'est-ce que je vais dire?', s'est rappelé Van Horne.

«Son surnom résonnait dans mes oreilles: «El Presidente.» Alors «El Perfecto» m'est venu en tête. Je me souviens de ce moment puisque lorsque la balle a été captée au champ centre et que j'ai dit «El President, El Perfecto!', (l'analyste) Ken Singleton et moi avons fait la même chose - nous avons enlevé nos casques d'écoute, les avons déposés et nous nous sommes reculés dans nos chaises.

«Nous avons laissé le directeur et les images faire le reste.»

Van Horne a obtenu son premier boulot dans les majeures lorsque les Expos l'ont engagé quelques semaines avant leur première saison. Ce fut parfois difficile - il a quitté pour la Floride après avoir décrit les matchs seulement sur le web en 2000 - mais il conserve plusieurs beaux souvenirs de cette concession.

L'équipe a connu son heure de gloire au début des années 1980.

«En 1979, tout s'est mis en place, a raconté Van Horne. Pour les quatre ou cinq années suivantes, il y a eu plus de deux millions de partisans au Stade olympique. Je pense que c'est quelque chose que l'on a oublié au baseball - les gens se souviennent du grand stade vide avec 4000 ou 5000 personnes présentes, mais ils oublient les beaux jours des Expos.

«C'était de beaux moments pour Montréal, c'était de beaux moments pour le baseball au Canada.»