Cette fois, le sourire était sincère. Michael Phelps venait de retrouver une position plus familière: le premier rang mondial.

Mis à jour le 4 juill. 2011
Simon Drouin LA PRESSE

Au lendemain d'une prestation largement en deçà de ses standards, Phelps a réalisé le meilleur temps de l'année au 100 m papillon, dimanche soir à Montréal, en conclusion de la Coupe du Québec. Le meilleur nageur de l'histoire a bouclé la distance en 51,32 secondes pour s'installer en tête du palmarès de 2011.

«Je suis content de cette course», a déclaré Phelps après avoir reçu sa médaille d'or devant un millier de spectateurs. «Je suis un peu frustré du virage, qui n'a pas été très bon, mais de pouvoir nager 51,3 en ce moment est pas mal bon. En espérant que ça mette la table pour les Mondiaux.»

À trois semaines de ces Championnats du monde de Shanghai, le soulagement est majeur, surtout après cette série de défaites qui a fait les manchettes. «Mentalement, ce sont des courses comme ça qui m'aident plus que toute autre chose, a souligné l'olympien le plus titré. Je n'ai jamais vraiment été dans cette position, ne pas m'entraîner autant que je le devrais. Malgré tout, je suis en mesure de sortir une bonne course ici et là. Ça me donne un peu de confiance.»

Chistopher Brady, coéquipier de Phelps au North Baltimore Aquatic Club, a fini deuxième en 52,77. Le Chinois Wu Peng, qui a vaincu Phelps à deux reprises au 200 m papillon cette année, a pris le troisième rang en 53,31.

Plus rapide qu'en 2009

Phelps a rappelé qu'il avait enregistré un temps de 50,48 à la même compétition en 2009. À l'époque, il portait une combinaison intégrale, interdite depuis l'an dernier. Aux yeux de son entraîneur Bob Bowman, la course de dimanche, réalisée en bermuda, est aussi bonne, sinon supérieure à celle d'il y a deux ans.

«C'est le meilleur temps de l'année par une bonne marge, et son meilleur temps avec un petit maillot et sans qu'il soit rasé, a souligné Bowman. J'en suis donc très content.»

En 2009, Phelps s'était servi de Montréal comme rampe de lancement pour les Mondiaux de Rome. Au 100 m papillon, il avait réussi un retour dramatique pour devancer le Serbe Milorad Cavic, son grand rival depuis les Jeux olympiques de Pékin. Son temps de 49,82 représente toujours le record mondial.

Phelps croit maintenant être en mesure de revenir à ce niveau à Shanghai, du moins sur 100 m papillon. «Je devrai partir beaucoup plus vite, a cependant prévenu l'athlète de 26 ans. J'ai ralenti un peu en arrivant au mur. Je devrai travailler là-dessus. Mais ce sont de petites choses que je peux améliorer au cours des prochaines semaines.»

Après sa nage de retour au calme et un massage, Phelps a passé une bonne demi-heure à signer des autographes et à se faire prendre en photos par de jeunes nageurs excités comme des puces (sans compter quelques parents, encore plus énervés).

Le geste a été apprécié par les dirigeants du club CNPPO, organisateur de la compétition. Cela compensait un début du week-end où Phelps et son entourage ne s'étaient pas montrés sous leur plus beau jour. Ce qu'une bonne prestation peut faire...

Katerine Savard, elle, a continué de rayonner, survolant le 100 m papillon en 58,68 pour signer sa troisième victoire consécutive. Son balayage des épreuves de papillon lui a valu le gros trophée de la Coupe du Québec, remis au nageur par excellence. «Je ne visais pas ça en fin de semaine, ce sont des temps que je m'attendais plutôt à faire aux Mondiaux, surtout au 50 m et au 200 m», a souligné l'athlète de 18 ans, qui peut maintenant envisager des finales en Chine.