Le village de Saint-Mathieu-du-Parc, en Mauricie, a de nouveau été bouclé par les autorités, hier soir, précisément un an après les événements qui avaient nécessité la mise en quarantaine de la municipalité en raison du comportement étrange de plusieurs citoyens.

Publié le 1er nov. 2008
Pierre-Marc Durivage LA PRESSE

Les trois accès routiers au village ont été fermés par la Sûreté du Québec et l'armée. Chaque véhicule a été soigneusement décontaminé pour empêcher la propagation du virus qu'on croit être à l'origine des changements de comportements observés.Comme l'an dernier, les enfants du village ont été épargnés, le virus n'ayant semble-t-il aucun effet sur eux. C'est d'ailleurs grâce à eux si le village a retrouvé une vie normale aujourd'hui, les jeunes ayant été d'un précieux secours aux Hommes en blanc, dépêchés sur place pour tenter d'éradiquer le mal qui menaçait de s'étendre aux villes avoisinantes et, pire encore, à la planète...

Vous aurez compris qu'il s'agissait du scénario proposé aux enfants pour l'Halloween à Saint-Mathieu-du-Parc. Comme l'an dernier, ceux-ci sont passés d'une maison à l'autre pour faire la collecte de bonbons, mais aussi pour recueillir des informations permettant de sauver les adultes du village. Encore une fois, ces derniers se sont prêtés au jeu en se costumant et en adoptant des comportements bizarres.

Le village, entièrement décoré pour l'occasion, a réellement été bouclé hier par des policiers de la SQ, des militaires et des pompiers de Saint-Mathieu, qui ont accepté de jouer le jeu avec plaisir. L'armée a aussi mis à la disposition des organisateurs un hôpital de campagne qui faisait office de laboratoire où étaient traités les personnages suspects retrouvés par les enfants.

Une soixantaine d'animateurs accompagnés de cinq conseillers municipaux ont quant à eux revêtu les habits des Hommes en blanc, une unité de choc spécialisée dans les manifestations étranges de ce genre. Le tout devait se conclure par un grand feu d'artifice. Bref, tout avait été mis en place pour que jeunes et moins jeunes s'amusent follement dans ce monde fantastique d'un soir.

«C'est un ami qui a d'abord eu l'idée de faire de l'Halloween une grosse fête à Saint-Mathieu», a expliqué Olivier Renard, organisateur de la Grande bataille de Bicolline, qui attire annuellement près de 2000 amateurs de jeu de rôle à Saint-Mathieu-du-Parc, justement. «Il a trouvé naturel de faire appel à nous. Les gens du village ont été subjugués. L'an passé, 300 personnes ont participé à l'événement.»

Encouragé par la réaction des résidants - seulement deux maisons sur la soixantaine du village n'ont pas ouvert leurs portes aux jeunes -, le maire voit grand. Il veut faire de l'Halloween un festival propre à Saint-Mathieu, comme le western l'est à Saint-Tite. «Je ne veux pas me mettre de barrière ; c'est au public de décider où il va. Si des gens de Montréal viennent, tant mieux, dit-il. On veut attirer le plus de monde possible.»

Et pour les grands...

La fête de l'Halloween se poursuit ce soir à Saint-Mathieu-du-Parc, mais cette fois s'adresse davantage aux adultes. L'emplacement de Bicolline sera transformé pour l'occasion en terrain de chasse pour zombies post-apocalyptiques, le no man's land. Leurs proies ? Les résidants de la région, les 17 maires des municipalités de la MRC de Maskinongé et tous les braves qui chercheront à se sauver de la terrible épidémie qui a déferlé sur la planète.

«On veut faire vivre aux gens la pire journée de leur existence, explique Olivier Renard, de Bicolline. Un virus a contaminé la planète et les habitants se sont transformés en zombies. Il y a quelques zones sécurisées, dont une à Saint-Mathieu, mais les gens devront marcher deux kilomètres avant de s'y rendre.»

L'activité commence à 18 h 30, de petits groupes se lançant à tour de rôle à l'aventure. Les intéressés qui n'ont pas encore de billet doivent communiquer avec Bicolline avant de se rendre sur place en téléphonant au 819-532-2493.