Des chercheurs américains ont mis au point une technique permettant d'empêcher l'agrégation des cristaux qui forment certains calculs rénaux, selon leurs travaux publiés jeudi.

Publié le 15 oct. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette approche moléculaire pourrait ouvrir la voie à de nouveaux traitements préventifs de calculs formés d'une excrétion excessive, par les reins, de  cystine (un acide aminé), estiment les auteurs de cette communication publiée dans la revue américaine Science datée du 15 octobre.

Utilisant une technique qui permet d'observer des objets microscopiques de l'ordre du nanomètre (un milliardième de mètre), ces chercheurs ont pu déterminer comment les cristaux de cystine s'attachaient les uns aux autres pour former un calcul.

Cette découverte permet de sélectionner un agent chimique capable de bloquer ce processus.

«Cette technique pourrait permettre de prévenir la formation des calculs de cystine simplement en arrêtant la cristallisation», explique Michael Ward, président du département de chimie de l'Université de New York, un des co-auteurs de cette recherche.

«De plus, cette étude est un exemple d'avancées significatives pouvant être faites grâce à la collaboration entre des chercheurs dans les sciences physiques et la médecine», ajoute-t-il dans un communiqué.

Les calculs de cystine affectent quelque 20 000 personnes aux Etats-Unis annuellement et sont beaucoup moins fréquents que ceux à base de calcium, dont notamment les oxalates. Ce type de calcul est beaucoup plus fréquent, comptant pour environ 80% de tous les calculs rénaux. Ils touchent 10% des Américains.

Mais les calculs de cystine sont plus gros, pouvant atteindre un centimètre, et présentent un plus grand risque de maladies rénales chroniques.

Les traitements existants contre cette maladie sont assez efficaces mais peuvent avoir des effets secondaires parfois sévères.