James Cameron a touché le fond. Et ça n'a rien à voir avec la qualité de ses dernières productions cinématographiques. James Cameron ne pouvait pas descendre plus bas, littéralement.

Publié le 1er avr. 2012
Judith Lachapelle LA PRESSE

En atteignant dimanche dernier le Challenger Deep, à 11 km de profondeur dans la fosse des Mariannes, le réalisateur de Titanic et d'Avatar a remporté son pari.

Même si des pépins techniques l'ont obligé à écourter sa mission et l'ont empêché de recueillir des spécimens grouillants, la prouesse scientifique reste admirable.

Comme l'a souligné le journaliste scientifique britannique Michael Hanlon: «Environ 3000 grimpeurs ont atteint le sommet de l'Everest, 550 astronautes ont voyagé dans l'espace et 12 hommes ont marché sur la Lune. Mais seulement trois personnes ont visité le point le plus profond de la surface de la Terre.»

À la conquête du fond

Le véritable exploit du cinéaste-explorateur James Cameron est assurément «de réintéresser les gens à l'exploration de leur propre planète», estime le professeur en écologie benthique à l'Université du Québec à Rimouski, Philippe Archambault. «On a énormément de moyens pour aller dans l'espace, mais pas pour des grandes fosses marines.»

Pourtant, les fonds marins regorgent non seulement de ressources fossiles et minières, mais aussi d'espèces animales inconnues.

Si James Cameron acceptait de lui prêter les clés de son engin, Philippe Archambault irait faire un tour au fond de l'Arctique pour découvrir cet écosystème qui vit sous des mètres de glace et qui risque de disparaître avec le réchauffement climatique...

Le battage médiatique autour de l'expédition constitue une belle publicité pour les chercheurs en quête de financement, dit M. Archambault.

Signe que l'opération se déroule en conditions extrêmes, James Cameron fera un maximum de cinq plongées pour tourner son documentaire à Challenger Deep, alors qu'il prévoyait y plonger une douzaine de fois.

D'autres explorateurs sont sur les rangs pour visiter Challenger Deep, dont le richissime et excentrique président de l'entreprise de télécommunications Virgin, Richard Branson.

Le submersible

Sa mission prévoyait qu'il allait passer six heures dans les abysses, mais c'était sans compter les avaries techniques.

Finalement, après une descente de 2 h 36, James Cameron a passé trois heures au Challenger Deep. La remontée s'est faite en 1 h 10.

À cause de l'extraordinaire pression atmosphérique au fond de l'eau (1000 fois plus forte qu'au niveau de la mer), les systèmes hydrauliques ont connu des pannes et l'ont empêché de recueillir autant de sédiments, d'échantillons d'eau et de cailloux qu'il l'aurait souhaité.

En 1960, le Suisse Jacques Piccard et l'Américain Don Walsh ont été les premiers à atteindre Challenger Deep. Le bathyscaphe Trieste a mis cinq heures à atteindre son but.

Le hublot d'observation en plexiglas ayant fissuré pendant la descente, les chercheurs ne sont restés que 20 minutes avant d'amorcer la remontée, en trois heures.

La fosse des Mariannes

À la frontière des plaques tectoniques des Philippines et du Pacifique, la fosse des Mariannes fait 2550 km de long, soit cinq fois plus que le Grand Canyon.

Son point le plus profond a été baptisé The Challenger Deep, en l'honneur du navire d'exploration britannique HMS Challenger II qui en a mesuré la profondeur en 1951.

Il serait à environ 11 000 mètres de profondeur - des équipes de chercheurs ont, au fil des ans, obtenu des résultats différents sur sa profondeur exacte.

En janvier 2009, le président américain George W. Bush a désigné la fosse, située à proximité du territoire sous contrôle américain de Guam, «monument national marin».

En vertu de ce décret, les travaux scientifiques y sont permis tandis que l'extraction de ressources et la pêche sont interdits.

Un paysage lunaire

Qu'y a-t-il à voir à 11 km au fond des mers? Pendant longtemps, les scientifiques n'ont pas cru que la vie pouvait exister au delà de 1000 mètres de profondeur, là où parviennent les derniers rayons du soleil.

Mais l'exploration scientifique a démontré que la vie s'était adaptée à ces conditions extrêmes. Piccard et Walsh, en 1960, ont même rapporté avoir vu des crevettes et des poissons au fond de la fosse des Mariannes.

James Cameron, lui, a diffusé jusqu'ici très peu d'images de son séjour dans les bas-fonds - on se doute qu'il gardera les meilleures prises pour son documentaire en 3D qui sera produit avec National Geographic.

En conférence de presse, après sa plongée, Cameron a décrit avoir vu un «endroit très lunaire, très désert, très isolé».

«On aime tous imaginer qu'il y a des pieuvres géantes et d'autres monstres marins là-bas», a dit l'explorateur Cameron. Mais il n'y a rien vu de plus gros que quelques amphipodes, «rien de plus de trois centimètres».

Échelle des profondeurs

Niveau de la mer

1000 m

Derniers rayons de soleil qui percent depuis la surface

2000 m

3000 m

Profondeur maximale atteinte par le cachalot

3784 m

Épave du Titanic

4000 m

4267 m

Profondeur moyenne de l'océan

5000 m

5450 m

Bassin eurasien - point le plus profond de l'océan Arctique

6000 m

Profondeur maximale atteinte par les sous-marins russes Mir

7000 m

Profondeur maximale où a été filmé un poisson vivant

7725 m

Fosse de Java - point le plus profond de l'océan Indien

8000 m

8648 m

Fosse de Porto Rico - point le plus profond de l'océan Atlantique

8848 m

Hauteur de l'Everest

9000 m

10 000 m

10 911 m

Profondeur du Challenger Deep, le point le plus profond jamais mesuré dans les océans.