À l'heure dite mardi, comme par magie mais très exactement comme annoncé par les astronomes, la Lune est devenue rouge sous les yeux des spectateurs de l'hémisphère nord épargnés par les nuages et émerveillés de voir le ciel orné de cette étonnante boule de Noël.

Mis à jour le 21 déc. 2010
Agnes Valdimarsdottir AGENCE FRANCE-PRESSE



L'éclipse totale a débuté à 07H41 GMT (02h41 heure de Montréal): la Lune, la Terre et le Soleil étaient parfaitement alignés.

Entièrement dans le cône d'ombre de la Terre, plus aucun rayon de soleil ne l'atteignant directement, la Lune est alors apparue rouge depuis la Planète bleue.

Le disque familier apparaît étonnamment en rouge car l'atmosphère terrestre déviant les rayons du Soleil qui frôlent la Terre, ce sont les rayons rouges les plus déviés qui l'atteignent.

L'éclipse totale de Lune était observable en Amérique du nord, en Europe de l'Ouest et dans une partie de l'Asie pendant plus d'une heure (de 07H41 à 08H53 GMT), à condition que des nuages ne soient pas venus masquer le phénomène.

Sur un stationnement de Reykjavik, l'Association des astronomes amateurs a installé un télescope pour permettre à une trentaine de courageux Islandais de pouvoir profiter du ciel parfaitement clair et observer mieux encore les astres et la Lune, malgré une température polaire.

«C'est absolument magnifique», s'extasie Torfi Olafur Sverrisson, quadragénaire employé de la banque Islandsbanki qui voit pour la première fois une éclipse de Lune.

«J'avais déjà vu une éclipse solaire, ici en Islande, mais ça c'est autre chose», dit-il.

«C'est incroyable, surtout de pouvoir observer d'aussi près (avec le télescope) non seulement la Lune, mais aussi Saturne», s'exclame une autre spectatrice comblée, Bergny, 35 ans.

«Nous voulions donner aux gens la possibilité de voir cette éclipse de Lune au télescope car peu d'entre eux ont déjà vu un tel phénomène, même s'il est assez courant», explique à l'AFP le président de l'Association des astrologues amateurs, Saevar Helgi Bragason.

«Les éclipses de Lune se produisent tous les deux ou trois ans et nous en reverrons une ici en Islande dans deux ans», ajoute-t-il, précisant cependant qu'une éclipse totale de Lune le jour du solstice d'hiver, comme mardi, était un phénomène beaucoup plus rare.

Selon les organisateurs du festival Blue lights, qui propose des séjours en Laponie suédoise pour observer les aurores boréales, et cette année l'éclipse, il faudra attendre 2029 pour voir dans l'hémisphère nord une nouvelle éclipse totale de Lune au cours de la plus longue nuit de l'année.

«Je suis toujours émerveillé de voir cette grosse Lune rouge accrochée au-dessus de nos têtes. La Lune reste rouge pendant une heure et quatorze minutes, il n'y a rien d'autre à faire qu'à en profiter tant que ça dure», se délecte M. Bragason.

Dans le Grand Nord suédois, le public rassemblé à Vuollerim sur le cercle polaire pour le festival Blue lights n'a pas eu cette chance. Une épaisse couche nuageuse a contrarié ses espoirs.

«C'est décevant, mais c'est comme ça, vous ne pouvez pas contrôler la météo», commente avec un certain recul une touriste américaine de 60 ans, Wanda Daehlin, venue de Spokane (État de Washington).

Ses compatriotes aux États-Unis ont choisi d'échanger leurs impressions sur les réseaux sociaux.

«Je viens de me lever pour voir l'éclipse et c'est incroyable. Je n'arrête pas de répéter "oh wow"», écrit Shonali Burke, de Washington, sur Twitter.

Dans le sud et l'ouest du pays, on se désolait au contraire de la barrière nuageuse.

Le 4 janvier, c'est la Lune qui cachera partiellement le soleil pour une partie de la population du globe.