Blaguait-il? Parlait-il au deuxième degré? Quel est le contexte? En tout cas, les déclarations du célèbre astrophysicien Stephen Hawking, qui nous met en garde contre le danger de tenter de communiquer avec les extraterrestres, sont de nature à faire gonfler les cotes d'écoute du documentaire sur lui qui sera diffusé en mai.

Louise Leduc LA PRESSE

Stephen Hawking a évoqué le fait qu'il est «parfaitement rationnel» de croire en l'existence des extraterrestres. Il a bien ajouté que ces formes de vie sont fort probablement des micro-organismes ou des animaux très peu évolués, mais ce n'est pas ce que les agences de presse ont retenu.

 

Il faut dire que M. Hawking, auteur d'Une brève histoire du temps, un des plus grands succès de la littérature scientifique, ne s'est pas arrêté là.

«J'imagine qu'après avoir vidé leur planète de leurs ressources, ils ont pu se mettre à voyager dans de grands vaisseaux. De tels extraterrestres évolués ont peut-être pu devenir des nomades à la recherche de planètes à conquérir et à coloniser.»

«Si les extraterrestres nous rendaient visite, ce serait encore plus majeur que quand Christophe Colomb a débarqué en Amérique, ce qui n'a pas bien réussi aux Amérindiens», affirmerait M. Hawking dans le documentaire qui sera diffusé sur Discovery Channel.

John Smithson, qui est producteur au Discovery Channel, a déclaré au Sunday Times, en Angleterre, que M. Hawking souhaitait «faire un documentaire qui soit accessible au plus grand nombre tout en demeurant scientifique». Robert Lamontagne, directeur exécutif de l'Observatoire du mont Mégantic, souligne que Hawking, dans son domaine, n'a rien à envier à Einstein. Un Einstein avec un sens de l'humour particulier, ajoute-t-il. «Je serais bien curieux de voir dans quel contexte il a raconté tout cela. À mon avis, c'est une boutade», a-t-il dit.

Quoi qu'il en soit, le bout clé de l'intervention de M. Hawking, c'est celui où il signale qu'à son avis, les formes de vie extraterrestres les plus probables sont de l'ordre du micro-organisme. C'est bien ce que croit aussi M. Lamontagne. Sur Mars ou ailleurs, il y a probablement des micro-organismes vivants, mais qui sont plutôt «de l'ordre du microbe vert que du petit homme vert».

Qu'on y songe sérieusement, poursuit M. Lamontagne: pour que des extraterrestres nous atteignent, ils devraient présenter une forme de vie intelligente, il faudrait qu'ils soient très évolués technologiquement, ils devraient avoir trouvé le moyen de voyager à la vitesse de la lumière, et «il faudrait qu'ils nous trouvent, nous, dont le soleil n'est qu'une étoile parmi 300 milliards d'autres!»

Mais même si l'on ne faisait que découvrir des micro-organismes, ce serait déjà formidable, dit M. Lamontagne. «Si on trouvait un seul autre endroit dans le système solaire où la vie a pu se développer, ça nous aiderait à comprendre de quelle façon la vie apparaît.»