Deux doigts et une dent de Galilée, qu'on croyait perdus depuis plus de 100 ans, ont été retrouvés grâce à un collectionneur et seront montrés au public à partir du printemps 2010, a annoncé vendredi à l'AFP le directeur de l'Institut de l'histoire de la science de Florence.

Mis à jour le 20 nov. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

«C'est une découverte très surprenante», a déclaré Paolo Galluzzi, directeur de l'Institut de l'histoire de la science à Florence.

«Un collectionneur, qui souhaite rester anonyme, nous a appelé il y a deux jours, nous disant qu'il pensait avoir acquis sans le savoir deux doigts et une dent de Galilée au cours d'une vente aux enchères récente. Nous les avons examinés immédiatement et il avait raison», a-t-il ajouté.

«La dernière fois qu'un témoin a vu ces doigts et cette dent, remonte à 1905. On les croyait perdus pour toujours», a dit M. Galluzzi, en précisant que la découverte serait exposée à Florence à partir du printemps 2010.

Les reliques trouvées, de même qu'un autre doigt et une côte, avaient été prélevées sur la dépouille du physicien et astronome - persécuté de son vivant par l'Inquisition - au moment de son transfert dans une tombe monumentale dans la Basilique Santa Croce à Florence en 1737.

«Un doigt et la côte ayant déjà été retrouvés précédemment, maintenant tous les restes organiques de Galilée ont été rassemblés de nouveau entre nos mains», s'est félicité M. Galluzzi.

Selon le chercheur, les voleurs des membres de l'astronome devaient accorder une valeur particulière à ses trois doigts, avec lesquels il tenait sa plume, Galilée ayant été adoré dès son époque comme une sorte de «saint des scientifiques».

Les Nations unies ont proclamé 2009 Année internationale de l'astronomie pour commémorer la première utilisation d'un télescope astronomique par Galilée (1564-1642), considéré comme le père de la science moderne.

Galilée fut condamné à la prison en 1633 par l'Inquisition, après un long procès où il risquait de périr sur le bûcher. Le savant, défenseur de la thèse héliocentrique de l'univers (la terre tourne autour du soleil) fut cependant contraint de se rétracter et ses oeuvres furent interdites.