Montréal vit actuellement une période très sombre de son existence.

Publié le 24 févr. 2011
Réjean Langlois, Saint-Bruno

Montréal vit actuellement une période très sombre de son existence.

Jadis, cette ville était reconnue comme la métropole du Canada et la fierté du Québec alors que son économie reflétait le progrès spectaculaire d'après-guerre et laissait présager un avenir prometteur pour ses habitants. L'élection de Jean Drapeau et de son équipe dans les années 50 allait propulser Montréal à l'échelle mondiale au plan médiatique.

Le leadership et l'imagination débordante du maire Drapeau pour des projets d'envergure ont créé à cette époque un dynamisme incroyable dans la population et permis de connaître un boom économique dont tout le Québec a bénéficié.

Avec l'arrivée au pouvoir de l'idéologie du Parti québécois en 1976 selon laquelle, pour certains, le Québec devait faire l'indépendance, et pour d'autres, la souveraineté-association, Montréal a vu un nombre impressionnant de ses sièges sociaux quitter en direction de Toronto. Cette dernière allait rapidement damer le pion à Montréal sur le plan économique et devenir la nouvelle métropole du Canada. Le reste suivit, à part la culture.

On vit par la suite une atmosphère de socialisme envahir Montréal au point qu'elle est maintenant devenue une ville pauvre. Avec la super syndicalisation des employés de la Ville de Montréal et l'esprit socialiste généré par les idées du PQ, le découragement et l'indifférence ont gagné des personnes qui auraient pu devenir de vrais leaders à la direction de la communauté montréalaise.

Tous les jours, j'entends dire par des gens qui ont quitté Montréal depuis cette période à quel point elles sont heureuses de ne plus vivre à Montréal et qu'elles considèrent peu intéressant d'y retourner par obligation à l'occasion.

Également, d'autres personnes qui demeurent à Montréal m'expriment leur désir profond de sortir de cette ville. C'est triste de constater la perception actuelle de la population du Québec envers Montréal, car après tout, c'est chez nous et on devrait tous être fiers de notre chez-nous.

À mon avis, seule l'arrivée d'un leader charismatique pourrait nous permettre d'espérer un avenir meilleur. Montréal doit compter sur un maire qui a une vision moderne du futur de la ville, en démontrant une imagination pour des projets importants de développement économique et social.

Ce maire doit aussi être capable de prendre des décisions et de mettre de l'ordre dans la cabane. Présentement, il n'y a pas beaucoup de candidats répondant à ces critères. Les élus actuels, qu'ils soient au pouvoir ou dans l'opposition, démontrent clairement qu'ils ne font pas partie de cette catégorie.

Comme la Ville de Québec s'est relevée rapidement d'une situation difficile et a trouvé un vrai leader en la personne de Régis Labeaume, il doit bien y en avoir un à Montréal qui voudra relever le défi. J'espère que Montréal n'est pas composé uniquement de perdants.