Quand l'économie stagne, il est plus confortable d'inculper son voisin que d'admettre ses propres erreurs.

Publié le 9 oct. 2010
Guy Sorman

Économiste, l'auteur a publié plusieurs ouvrages, notamment «L'économie ne ment pas» (Fayard, 2008), traduit en plusieurs langues.

Quand l'économie stagne, il est plus confortable d'inculper son voisin que d'admettre ses propres erreurs.

Le Congrès des États-Unis vient de nous en apporter une preuve lamentable: à la veille de perdre les élections, les démocrates (ralliés, il est vrai, par un grand nombre de républicains) ont résolu de taxer les importations chinoises si le yuan n'était pas réévalué. Mais quelle serait la vraie valeur du yuan? Nul n'en sait rien puisque le yuan n'est pas convertible.

La résolution américaine est doublement absurde : elle suppose que le vrai cours du yuan serait connu alors qu'il n'est pas sur le marché. Elle suppose que l'avantage commercial chinois est déterminé par la sous-évaluation de la monnaie: c'est faux.

Les Chinois ne sont pas seulement bon marché, ils sont les seuls à fournir en masse, à satisfaire aux exigences de la clientèle, à garantir une qualité constante. Si la monnaie suffisait à déterminer un avantage commercial, pourquoi ne pas s'adresser à l'Inde ou au Sénégal?

La force présente de la Chine tient à ses entreprises, à son régime autoritaire plus qu'à sa monnaie. Imaginons un yuan réévalué: l'économie des États-Unis retrouverait-elle son dynamisme? Bien sûr que non: les consommateurs américains persisteraient à acheter des produits fabriqués en Chine - sans équivalent sur le marché mondial - mais plus chers. C'est grâce à l'exploitation de la main-d'oeuvre chinoise que nous autres, en Occident, pouvons acquérir des ordinateurs, des vêtements, des jouets à bas prix: notre niveau de vie est amélioré par le yuan sous-évalué.

Ajoutons que le gouvernement chinois ne réévaluera jamais sa monnaie sous pression étrangère. Pour deux raisons: un yuan cher risquerait de faire passer la production, non pas de la Chine vers les États-Unis, mais de la Chine vers le Vietnam ou l'Indonésie.

Par ailleurs, les despotes chinois n'accepteront jamais une monnaie convertible. Parce que le yuan n'est pas convertible, les épargnants chinois n'ont en effet d'autre choix que de déposer leurs gains dans leurs banques nationales pour des taux d'intérêt de misère. Ces banques disposent ainsi de ressources gigantesques qui financent le secteur public et les infrastructures de Chine qui épatent le monde.

Ce qui importe, ce n'est pas tant la valeur des monnaies - jusqu'à un certain seuil évidemment - que l'avantage comparatif. Que fait-on de mieux que les autres ne savent pas ou ne peuvent pas faire? Aux États-Unis, les clés du dynamisme ont toujours été l'innovation et l'esprit d'entreprise : si les États-Unis stagnent, c'est que la politique économique de Barack Obama a anesthésié cet esprit d'entreprise.

La même morale vaut pour la zone euro: Nicolas Sarkozy ne cesse de pester contre l'euro trop cher. Sans se demander pourquoi les exportations allemandes se portent mieux que les exportations françaises. La différence ne tient pas à l'euro, mais à la composition des exportations : le panier allemand est cher, mais séduisant. Si l'euro baissait, le même Nicolas Sarkozy pesterait contre l'augmentation du prix du pétrole (en dollars US) que la France importe. L'euro cher facilite la consommation dans la zone euro de la même manière que le yuan bas profite aux consommateurs américains.

Rappelons que, jusqu'aux années 80, le cauchemar des nations fut l'inflation monétaire: des hausses de prix vertigineuses détruisaient des sociétés entières. Si l'économie mondiale a énormément progressé, depuis 25 ans, un progrès que la crise de 2008-2010 n'a pas effacé, c'est en grande partie à la stabilité des monnaies que nous le devons. La stabilité monétaire permet aux entrepreneurs de prendre des risques calculés et de s'inscrire dans la durée.

À ceux qui souhaiteraient manipuler la monnaie, de préférence celle des autres, souvenons-nous du bénéfice des monnaies relativement stables. À ceux qui rêvent d'un système parfait (qu'ils dirigeraient!), rappelons que l'économie est un mode empirique qui, vaille que vaille, ne cesse d'améliorer la condition humaine.