Le magnat des médias, l'Américain Rupert Murdoch, a pesé mardi de tout son poids en faveur de l'indépendance de  l'Ecosse dans une démarche saluée par le Premier ministre écossais et partisan de l'indépendance Alex Salmond.

Publié le 21 févr. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Laisser l'Ecosse y aller et concourir. Tout le monde y gagnera», a affirmé sur son compte Twitter Rupert Mordoch venu à Londres pour le lancement du Sun on Sunday destiné à remplacer le News of the World fermé en juillet sur fond de scandale d'écoutes téléphoniques.

Dimanche, le magnat d'origine australienne, avait déjà indiqué sur Twitter que «Salmond était clairement le politicien le plus brillant du Royaume-Uni» et «qu'il était aimé des Ecossais».

Alex Salmond, chef du Parti National écossais, grand vainqueur des élections de mai 2011, a qualifié le message de mardi de «très intéressant».

«Nous nous trouvons en Écosse et à l'étranger au coeur d'un débat sur l'indépendance et je salue toutes les contributions sur ce sujet, y comprise celle de M. Murdoch», a ajouté Alex Salmond dans un communiqué.

Un porte-parole de son ministère a confirmé que Alex Salmond avait eu une conversation téléphonique mardi matin avec Rupert Murdoch au cours de laquelle les deux hommes avaient discuté de son nouveau journal et de ses commentaires sur Twitter.

Le Premier ministre britannique David Cameron s'était déclaré, jeudi à Edimbourg, «prêt au combat» pour garder le Royaume-Uni intact», alors que les leaders écossais poussent à la tenue d'un référendum sur l'indépendance de la région semi-autonome en 2014.

Selon les sondages, seulement un tiers des Ecossais soutiennent actuellement l'indépendance.

Le Parlement écossais a des compétences en matière d'éducation, de santé, d'environnement et de justice. Mais les questions relatives à la diplomatie, à l'énergie et à la défense restent de la compétence de Londres.