Les autorités russes ont accepté que l'opposition organise une grande manifestation contre les fraudes électorales alléguées samedi à Moscou, après la violente répression policière contre une série de manifestations non autorisées cette semaine, ont annoncé les organisateurs du rassemblement vendredi.

Publié le 9 déc. 2011
Vladimir Isachenkov ASSOCIATED PRESS

La décision des autorités de permettre à quelque 30 000 personnes de se rassembler samedi sur une place située près du Kremlin semble être une tentative d'éviter les violences survenues lors des manifestations de cette semaine pour dénoncer les élections parlementaires de dimanche.

Le maire adjoint de Moscou, Alexander Gorbenko, qui a autorisé la manifestation, a prévenu les participants que toute tentative d'organiser un rassemblement en marge de la manifestation officielle serait empêchée par la police.

Vendredi, les autorités électorales ont confirmé la validité du scrutin, accordant la victoire au premier ministre Vladimir Poutine et à son parti, Russie unie. Le parti a obtenu 49 pour cent des voix mais a récolté 53 pour cent des sièges à la Douma, grâce à la redistribution des votes accordés à trois petits partis qui n'ont pas atteint le seuil minimal de cinq pour cent des voix.

Les partis de l'opposition russe estiment que les résultats de Russie unie ont été gonflés à cause des fraudes électorales. Les observateurs internationaux ont signalé plusieurs cas de bourrage d'urnes.

Les manifestations post-électorales à Moscou ont attiré des milliers de personnes et se sont poursuivies pendant plusieurs jours, dans ce qui a représenté la plus importante contestation populaire contre Vladimir Poutine, qui compte se porter candidat à la présidence en mars. Les rassemblements ont été violemment dispersés par la police, qui a arrêté des centaines de personnes.

Les opposants se sont servis d'Internet pour coordonner leur action. Plus de 30 000 personnes ont adhéré à une page Facebook appelant à une grande manifestation samedi. D'autres rassemblements similaires sont prévus dans d'autres villes de Russie pour demander une enquête sur les fraudes électorales alléguées et appeler à la tenue de nouvelles élections.

Ilya Ponomaryov, un parlementaire de l'opposition, a décrit la manifestation de samedi comme un moment décisif, semblable aux grands rassemblements qui ont contribué à la chute du communisme en Russie.

«Nous nous attendons à ce que ce soit la plus grande manifestation politique en 20 ans», a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

Vladimir Poutine a été président de Russie de 2000 à 2008. Il est ensuite devenu premier ministre pour se conformer aux limites constitutionnelles imposées aux mandats présidentiels consécutifs, mais il reste le principal dirigeant du pays. La décision de M. Poutine de se porter candidat pour un troisième mandat présidentiel a mis en colère de nombreux Russes, qui craignent qu'il ne renforce ses tendances autoritaires et mène le pays vers une stagnation politique et économique.