Nick Griffin, chef du parti d'extrême droite britannique BNP et député européen, a déclaré mercredi que l'UE, pour décourager l'immigration clandestine, devrait couler quelques navires de clandestins et renvoyer leurs occupants vers la Libye sur des radeaux.

Mis à jour le 8 juill. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

M. Griffin, chef du British National Party, est l'un des deux membres du BNP qui ont été élus au Parlement européen en juin.

«Tôt ou tard, la seule mesure qui arrêtera l'immigration, et empêchera un grand nombre d'Africains subsahariens de mourir sur le chemin de l'Europe, c'est d'être très dur avec ceux qui arrivent», a déclaré M. Griffin à la BBC.

«Franchement, ils doivent couler quelques-uns de ces navires», a-t-il dit, se référant semble-t-il aux fonctionnaires de l'UE chargés de la lutte contre l'immigration clandestine.

M. Griffin a toutefois nié souhaiter que quiconque soit «tué en mer». «Ils peuvent leur lancer un radeau de sauvetage et (les clandestins) peuvent retourner en Libye», a-t-il déclaré. C'est de ce pays que partent de nombreux Africains voulant se rendre clandestinement en Europe.

Le chef du BNP a indiqué qu'il soutiendrait tout responsable qui proposerait des mesures de ce genre, et qu'il s'opposerait à toute politique conduisant finalement à l'acceptation de clandestins dans l'UE.

«L'Europe devra tôt ou tard fermer ses frontières, sinon elle sera tout simplement submergée par le Tiers monde», a déclaré M. Griffin.

En 2008, plus de 67 000 personnes ont traversé la Méditerranée pour tenter d'entrer en Europe, dont la moitié sont arrivées en Italie et à Malte, selon les chiffres publiés en janvier dernier par le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le BNP appelle à l'arrêt immédiat de l'immigration en Grande-Bretagne et la «réinstallation volontaire» des immigrés s'y trouvant déjà dans leurs pays d'origine.