(Washington) L’administrateur d’un site internet que beaucoup considèrent lié à la mouvance pro-Trump et complotiste QAnon s’est déclaré jeudi candidat républicain pour devenir représentant de l’Arizona au Congrès américain.

Agence France-Presse

Ron Watkins a annoncé dans une vidéo postée via Telegram jeudi qu’il tenterait d’obtenir un siège à la Chambre des représentants, actuellement occupé par un démocrate, aux élections qui auront lieu en 2022.

Faisant écho aux allégations sans fondement de Donald Trump sur l’élection présidentielle de 2020, Ron Watkins a présenté la fraude électorale comme une problématique clé.

PHOTO TIRÉE DE TELEGRAM

Ron Watkins en compagnie de la candidate républicaine au poste de gouverneur de l'Arizona, Kari Lake.

Le président Trump s’est fait voler son élection, pas seulement en Arizona, mais aussi dans d’autres États. Nous devons maintenant mener ce combat à Washington, pour voter contre tous les sales démocrates qui ont volé notre république.

Ron Watkins

Ron Watkins et son père Jim ont dirigé le forum controversé 8chan, aujourd’hui appelé 8kun, utilisé par l’extrême droite.

En 2017, de mystérieux messages anonymes d’un certain « Q » y ont été publiés, évoquant diverses théories du complot.

Au fil des années, ce qui est devenu la mouvance QAnon a convaincu de plus en plus d’Américains, et le FBI a affirmé l’an dernier surveiller ce groupe d’extrême droite, considéré comme potentiellement dangereux.

Les adeptes de ces théories sont notamment convaincus qu’une cabale secrète à Washington cherche à nuire à Donald Trump, et pensaient recevoir des informations confidentielles et des encouragements de la part de l’entourage de l’ex-président.

Soupçonné d'être QAnon

L’identité de « Q » reste un secret, mais beaucoup pensent qu’il s’agissait en fait des Watkins.

« Q » a arrêté de publier en décembre, après la défaite de Trump et au moment où Ron Watkins s’est investi dans la campagne de l’ex-président visant à prouver le caractère frauduleux de l’élection, une affirmation qui n’est confortée par aucune preuve.

La mouvance QAnon s’est essoufflée, mais certains adeptes ont participé à la violente attaque du Congrès le 6 janvier, et des républicains qui avaient soutenu le groupe ont gagné des sièges au Congrès.

Une quarantaine de personnes qui ont soutenu ou approuvé les théories de QAnon se présentent au Congrès lors des élections de 2022, selon l’observatoire Media Matters.