L'Iran offrira son soutien à toute nation ou tout groupe qui s'oppose au «cancer» que représente Israël, a déclaré vendredi le guide suprême de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei.

Mis à jour le 3 févr. 2012
Nasser Karimi ASSOCIATED PRESS

Lors d'un discours prononcé devant des fidèles à Téhéran, une allocution qui a été diffusée à la télévision d'État, il a également affirmé que l'Iran n'abandonnerait pas son programme nucléaire. L'ayatollah Khamenei a ajouté qu'une frappe militaire américaine contribuerait seulement à rendre le pays plus fort.

Téhéran dévoilera prochainement une lettre que le président Barack Obama aurait fait parvenir aux dirigeants iraniens dans l'espoir de mettre fin à l'escalade des tensions nucléaires, a prévenu le guide suprême. Ce document, a-t-il ajouté, démontre que les Américains ne sont pas dignes de confiance.

La Maison-Blanche a nié l'existence d'une telle missive.

Les responsables iraniens réagissent de façon belliqueuse à tout signal suggérant que les États-Unis et Israël pourraient intervenir militairement contre les installations nucléaires du pays.

L'ayatollah Khamenei a affirmé que des groupes armés comme le Hezbollah et le Hamas pouvaient être assurés du soutien de l'Iran - une politique qui est bien connue, mais que les leaders iraniens ne reconnaissent que très rarement sur la place publique.

«Nous sommes intervenus dans des dossiers anti-israéliens, et cela nous a permis de remporter la victoire lors de la guerre de 33 jours qui a opposé le Liban à Israël en 2006, et de gagner la guerre de 22 jours» entre le Hamas et Israël dans la Bande de Gaza.

L'incursion militaire d'Israël dans la bande de Gaza contre le Hamas, en 2008-2009, s'était conclue par un cessez-le-feu. Israël soutenait avoir affaibli considérablement le Hamas. La guerre au Liban s'était terminée avec une trêve orchestrée par l'ONU. Des milliers de soldats libanais et de casques bleus avaient été déployées au sud du Liban afin de prévenir l'éclatement de nouvelles violences.

«À partir de maintenant, à n'importe quel endroit, si n'importe quelle nation ou groupe confronte le régime sioniste, nous les appuierons. Nous n'avons aucune crainte à l'affirmer», a lancé l'ayatollah Khamenei.

Le guide suprême a ajouté qu'Israël était une «tumeur cancéreuse qui devrait être retirée, qui sera retirée».

La veille, le ministre israélien de la Défense, Ehoud Barak, avait suggéré que plusieurs nations du monde étaient prêtes à considérer une intervention militaire contre l'Iran advenant un échec des sanctions diplomatiques et économiques.

Le chef du ministère des Affaires stratégiques, le vice-premier ministre Moshe Yaalon, a pour sa part avancé que les principales installations étaient toujours vulnérables aux frappes aériennes - et ce, même si l'Iran a commencé à produire de l'uranium enrichi à 20 pour cent dans un site enfoui sous une montagne et difficile à attaquer, au sud de Téhéran.

À la base aérienne de Ramstein, en Allemagne, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a déclaré que les sanctions demeuraient la meilleure façon d'exercer des pressions sur l'Iran.

Il a cependant déclaré vendredi que Washington gardait «toutes les options sur la table et serait prête à répondre si la situation l'exigeait».