Le site internet WikiLeaks, spécialisé dans la révélation de documents secrets, a démenti mardi avoir dévoilé l'identité de sources dans une nouvelle série de télégrammes diplomatiques américains qu'il vient de publier.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le New York Times (NYT) a affirmé que certains des derniers 133 887 câbles diffusés au cours de la dernière semaine par WikiLeaks comprenaient le nom de personnes qui avaient parlé sous couvert d'anonymat à des diplomates américains.

Mais WikiLeaks a qualifié ces assertions de «totalement fausses».

«Totalement faux que les sources de WikiLeaks ont été révélées ou seront révélées. NYT baveux, sénile et diabolique», a réagi WikiLeaks sur son fil Twitter.

Des organisations de défense des droits de l'homme et des représentants du département d'État américain ont à plusieurs reprises prévenu du danger encouru par des sources dont l'identité serait révélée dans ces télégrammes publiés par WikiLeaks.

Depuis la fin de l'année dernière, le site internet a publié des milliers de télégrammes diplomatiques américains, embarrassant profondément Washington.

Dans le passé, il a donné en exclusivité ces documents à quelques journaux, dont le New York Times, avec qui il a travaillé étroitement pour éditer les câbles, notamment pour éviter que les sources soient identifiables. Mais pour la nouvelle série de télégrammes rendus publics, WikiLeaks a choisi de les diffuser directement sur son site internet.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vit en résidence surveillée en Grande-Bretagne, où il est sous le coup d'une demande d'extradition de la Suède dans une affaire de viol et d'agression sexuelle dans ce pays d'Europe du Nord.

La justice britannique a donné le feu vert à son expulsion, mais M. Assange, un Australien de 40 ans, a fait appel de cette décision.