Des jeunes Égyptiens formaient samedi une chaîne humaine autour du musée du Caire, qui abrite des trésors de l'antiquité, et des comités de quartier se constituaient pour tenter de protéger la capitale des pilleurs, au cinquième jour de manifestations sans précédent dans le pays.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Des dizaines de personnes étaient rassemblées tout autour du musée du Caire, dans le centre de la capitale, où des chars étaient également positionnés, alors que des dizaines de commerces ont été saccagés et un supermarché Carrefour a été pillé depuis vendredi soir.

Les Frères musulmans, première force d'opposition en Égypte même s'ils sont officiellement interdits, ont annoncé à l'AFP avoir recruté des volontaires parmi leurs membres pour former des comités de quartier autour de la capitale, afin de protéger les établissements publics et privés.

Les comités de quartier «seront postés autour de la capitale pour tenter de protéger les propriétés», a déclaré à l'AFP Salah Abdelraouf, dont la confrérie a annoncé jeudi soir sa participation aux manifestations contre le régime du président Hosni Moubarak.

Les forces armées ont appelé samedi «le peuple égyptien à protéger la nation, l'Egypte, à se protéger» face aux pillages, alors que l'armée s'est déployée depuis vendredi soir dans trois grandes villes du pays, dont le Caire, où un couvre-feu a été décrété vendredi et renforcé samedi.

Dès vendredi soir, des habitants du quartier pauvre Al-Sabtia, munis de couteaux et d'armes artisanales, sont descendus dans les rues pour poursuivre des pilleurs qui avaient saccagé un centre commercial et menaçaient de s'en prendre à des commerces de luxe.

Ils ont récupéré les biens dérobés, et les ont entreposés dans une mosquée avoisinante en attendant de les remettre aux autorités quand l'ordre aura été rétabli, ont rapporté des témoins.

«Ils nous ont protégés toute la nuit», ont témoigné des employés d'un hôtel cinq étoiles.