Le gouvernement canadien intensifie ses efforts pour évacuer la centaine de ressortissants canadiens qui se trouvent toujours en Libye.

Joël-Denis Bellavance LA PRESSE

Le ministre de la Défense, Peter MacKay, a indiqué ce matin sur les ondes de CTV que le ministère de la Défense a maintenant deux avions de transport C-17 à Malte prêts à partir à tout moment en direction de Tripoli. Deux autres avions Hercules sont aussi dépêchés dans la région.

«Notre priorité absolue est de venir en aide aux Canadiens qui se trouvent toujours coincés dans ce pays. Jusqu'ici, 235 Canadiens ont été évacués de la Libye. Selon nos informations, il y a encore environ une centaine de ressortissants canadiens qui ont exprimé le désir de quitter le pays. Alors, nous prenons les arrangements nécessaires pour justement faire cela»,  a dit le ministre.

M. MacKay a soutenu que l'évacuation s'avère une opération difficile jusqu'ici à cause du manque de collaboration des responsables de l'aéroport de Tripoli.

En fait, le ministre a indiqué que le C-17 qui a ramené 46 personnes samedi sur l'île de Malte, dont 24 Canadiens, a atterri à Tripoli sans avoir obtenu au préalable les droits d'atterrissage des autorités.

«La situation est très volatile et très difficile. Elle se détériore rapidement», a affirmé le ministre.

Il a ajouté que le Canada compte une frégate dans la région qui pourrait se rendre rapidement au large de Libye s'il le faut.

Quant aux avions nolisés par le gouvernement canadien qui se sont rendus à Tripoli et qui sont revenus bredouilles, le ministre a blâmé le manque de collaboration des autorités libyennes. Il a aussi affirmé que le gouvernement aurait été critiqué s'il n'avait pas nolisé ces deux avions pour tenter d'évacuer les ressortissants canadiens.

Le premier ministre Stephen Harper doit faire une déclaration publique au sujet de la crise en Libye plus tard aujourd'hui, a confirmé le bureau du premier ministre.