Comment est-il possible de perdre la trace de 6.7 milliards de dollars en liasses de billets de 100$ tout neufs?

Nicolas Bérubé LA PRESSE

C'est la question que se pose le Congrès américain, alors qu'une compilation des fonds envoyés par Washington en Irak fait état d'un «trou financier» difficile à ignorer.

En 2003 et 2004, l'administration Bush a envoyé 12 milliards en argent comptant en Irak. Le Pentagone a autorisé 21 trajets d'avion-cargo Hercules C-130, rempli de liasses de billets de 100$. L'un de ces trajets, particulièrement plein, contenait 2,4 milliards, selon une enquête du Los Angeles Times.

Dans le chaos post-Saddam, une partie de cet argent, destiné à financer la reconstruction du pays, a été égarée. 6.7 milliards de dollars, pour être précis.

Lundi, l'inspecteur général mandaté par le Congrès américain pour retracer les fonds, Stuart Bowen, a dit que les 6.7 milliards ont été volés, en partie ou en totalité, dans ce qui pourrait bien être «le plus gros vol de fonds de l'histoire des Etats-Unis».

«Le système était trop permissif, et non surveillé. Des milliards étaient distribués dans ce qui était essentiellement une zone de guerre. Certains ont dit qu'il régnait une atmosphère de «Wild-West», et je trouve que cette description est juste.»

Hier, le Pentagone a rétorqué que sa propre enquête a montré que l'argent «était sous le contrôle du gouvernement irakien en tout temps.»

Pétrole contre nourriture

L'argent perdu n'appartenait pas au trésor public américain, mais bien au peuple irakien. Il provenait des profits de la vente du pétrole irakien durant les années du programme «Pétrole contre nourriture» que les Nations unies ont imposé au régime de Saddam Hussein. Récolté par la Réserve fédérale américaine de New York, l'argent devait être remis aux Irakiens après la levée des sanctions.

Transférés en Irak, les fonds ont été distribués à différents ministères et aux entreprises employées par les Américains pour travailler dans le pays.

L'enquête du L.A. Times montre que les responsables américains n'avaient souvent pas le temps ou le personnel nécessaire pour garder un contrôle strict sur les dépenses. «Des millions de dollars ont été fourrés dans des sacs de toile et livrés par camionnettes à diverses agences et employés.»

Aujourd'hui, le gouvernement irakien est intéressé à recouvrer les fonds manquants, et envisage de poursuivre le gouvernement américain pour le forcer à payer.

Henry Waxman, représentant californien et ancien président du Comité du contrôle et des réformes, a dit que le dossier était problématique.

«Les Nations unies ont dit aux États-Unis: «Vous êtes responsables de cet argent, vous êtes les fiduciaires du peuple irakien et devez utiliser cet argent pour leurs bénéfices. Et maintenant, nous avons perdu la trace de 6.7 milliards.»