L'ancien président provisoire haïtien Boniface Alexandre (au pouvoir de 2004 à 2006) craint que la crise politique actuelle née de la contestation des résultats à l'élection présidentielle «débouche sur une guerre civile» en Haïti, a-t-il dit mardi à la radio.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les principaux candidats aux élections présidentielles et législatives ont dénoncé des fraudes massives en faveur du candidat du pouvoir Jude Célestin et demandé l'organisation de nouvelles élections.

«Ce processus électoral, à la phase où il se trouve, peut déboucher sur une guerre civile. Nous serons tous à la fois responsables et victimes» de cette situation, a averti M. Alexandre devenu président provisoire d'Haïti après la chute d'Aristide en février 2004.

«J'ai une suggestion: tous les partis, le pouvoir et l'opposition, ont un point commun c'est Haïti, nous devons trouver une solution», a plaidé M. Alexandre dans une interview accordée à Radio Vision 2000 à Port-au-Prince.

La proclamation des premiers résultats du premier tour des élections présidentielles du 28 novembre, plaçant Mirlande Manigat (31%) et Jude Célestin (22%) en tête, avait provoqué de violentes manifestations dans tout le pays.

Une mission d'experts de l'Organisation des États américains (OEA) est attendue mercredi en Haïti pour entamer un travail de recomptage des procès-verbaux des élections avant la proclamation des résultats définitifs du premier tour.

Le deuxième tour des élections prévu le 16 janvier pourrait ainsi être repoussé, a récemment admis le président sortant René Préval dont le mandat arrive à terme le 7 février 2011.