Cinq touristes canadiens sont morts dimanche matin lorsqu'une explosion a soufflé le hall de leur hôtel à Playa del Carmen, au Mexique. La tragédie aurait été causée par une accumulation souterraine de gaz naturel, selon les autorités mexicaines.

Catherine Handfield LA PRESSE

Le procureur général de l'État de Quintana Roo, Francisco Alor, a identifié dimanche soir les victimes. Il s'agirait de Christopher Paul Charman, 51 ans, de son fils John Paul Charman, 9 ans, de Malcolm Johnson, 33 ans, et d'Elgin Aron, 51 ans. Marlene Ferguson, 51 ans, a succombé à ses blessures en après-midi.

Deux employés mexicains, Sergio Villegas Márquez, 25 ans, et Eduardo Flores Mon ont également péri. L'un était conseiller touristique et l'autre, responsable de la sécurité de l'hôtel.

L'explosion est survenue vers 9h30 au Grand Riviera Princess, hôtel quatre étoiles de la Riviera Maya, station balnéaire de la péninsule du Yucatan, à l'est du Mexique.

Julie Beauchemin se trouvait à une centaine de mètres du hall lorsque la déflagration s'est fait entendre. Elle venait tout juste de commander un café dans l'un des deux buffets du chic complexe hôtelier.

«Nous avons entendu un boom tellement puissant que les vitres du restaurant ont tremblé, a raconté Mme Beauchemin, jointe au téléphone par La Presse. C'était comme une bombe. Puis, les gens ont commencé à courir d'un bord et de l'autre.»

Julie Beauchemin a aperçu un nuage de poussière et de fumée au-dessus du hall de l'hôtel, qui s'était écroulé. «Au restaurant, tout le monde a arrêté de parler, a raconté la Québécoise qui vit aujourd'hui en Colombie-Britannique. Le personnel s'est montré rassurant et a continué de s'occuper de nous.»

James Gaade, de St. Catharines, en Ontario, marchait sur la plage lorsqu'il a entendu l'explosion. «J'ai regardé et on pouvait voir que le toit s'était écroulé, a-t-il dit à La Presse Canadienne. Il y avait un immense cratère et des débris.»

«Tout le monde a dit avoir senti les murs des chambres trembler, a-t-il raconté. Les fenêtres des restaurants des environs ont été brisées. Une hutte qui se trouvait dans le secteur a pris feu.»

Plus de 400 Canadiens avaient réservé leurs vacances au Grand Riviera Princess auprès de Vacances WestJet. L'entreprise devait tenir une réunion dimanche soir afin de déterminer combien de clients souhaitaient interrompre leur séjour et rentrer au pays.

Dimanche soir, le ministère des Affaires étrangères a uniquement confirmé qu'un citoyen canadien était mort et que trois autres étaient portés disparus.

Gaz naturel

Selon les autorités mexicaines, l'explosion serait due à l'accumulation de gaz naturel dans le sous-sol de l'immeuble. «Le gaz pourrait avoir été produit par le pourrissement des déchets organiques dans le sol», a affirmé le procureur général Francisco Alor, en indiquant que le hall a été construit il y a quatre ans. Des experts examineront le sol.

L'explosion a également fait 17 blessés, dont huit Canadiens et deux Américains. Selon les autorités mexicaines, deux Canadiens étaient toujours dans un état critique, dimanche soir.

Sept personnes étaient hospitalisées dans deux hôpitaux du groupe Hospiten, à Playa del Carmen et à Cancún. Ils sont tous hors de danger, a indiqué le directeur médical des deux hôpitaux, Italo Sanpablo.

«Les pronostics sont bons», a-t-il dit à La Presse. Deux Canadiens souffriraient de brûlures et de contusions et un troisième aurait une fracture lombaire.

- Avec La Presse Canadienne et l'Associated Press