Cuba va supprimer plus de 500 000 emplois dans le secteur public d'ici à mars 2011 dans le cadre d'un processus de rationalisation de l'économie lancé par le président Raul Castro pour augmenter la productivité, a indiqué lundi la Centrale des travailleurs de Cuba (CTC).

Mis à jour le 13 sept. 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

La mesure s'appliquera «immédiatement» jusqu'au «premier trimestre 2011», «de façon graduelle et progressive», et «aura un impact sur tous les secteurs», précise le syndicat unique dans un communiqué.

«Notre État ne peut pas et ne doit pas continuer à entretenir des entreprises et des services dont les effectifs sont en surnombre et où les pertes sont contre-productives», a ajouté la CTC.

Selon la CTC, ces nouveaux chômeurs devraient pouvoir trouver du travail dans le secteur privé, au sein de coopératives ou en travaillant en indépendant.

Cette mesure fait partie d'un programme de rationalisation du travail dans les entreprises lancé par le gouvernement cubain pour d'augmenter la productivité, qui a diminué de 1,1% en 2009 dans l'île communiste, où le gouvernement contrôle 95% de l'économie.

Le président cubain avait annoncé il y a un an que le gouvernement cherchait à reconvertir plus d'un million d'employés, sur les 4,9 millions de travailleurs de ce pays de 11,2 million d'habitants.

L'économie cubaine, fortement dépendante des importations, est minée par la corruption alimentant un imposant marché noir, une bureaucratie pléthorique et le plus vieil embargo au monde, imposé en 1962 par les États-Unis.

Depuis des années, le gouvernement assure aux chômeurs jusqu'à 60% de leur salaire dans l'attente d'un nouvel emploi. Mais la CTC a également annoncé lundi qu'elle «modifierait l'actuel traitement professionnel et salarial» des chômeurs, qui ne pourront «plus profiter d'un régime de protection et de subvention de forme indéfinie».