Les premiers des 42 camions transportant une gigantesque foreuse pétrolière, destinée à percer un troisième puits de secours pour les 33 mineurs bloqués au fond d'une mine au Chili, ont commencé à arriver vendredi sur le site, a constaté un journaliste de l'AFP.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le cortège, escorté par la police, a commencé à entrer sur le site, situé à 800 km au nord de Santiago, au milieu des cris des familles des mineurs qui attendaient les camions en brandissant des drapeaux chiliens.

La foreuse pétrolière «RIG-422» aura la charge de percer le 3e puits, le «Plan C» des secours, et devrait entrer en action autour du 18 septembre. Elle a une capacité de progression de 20 à 40 mètres par jour, selon la roche à perforer.

Deux autres foreuses ont déjà commencé à creuser des conduits destinés à faire remonter les mineurs un par un à bord d'une nacelle.

Le plus avancé, l'excavateur «T 130», a été stoppé mercredi pour réparation après avoir avancé de 268 mètres en trois jours, soit près de la moitié de son objectif de 630 mètres. Il devrait rester arrêté jusqu'à samedi, selon l'ingénieur en chef, Andres Sougarret.

Le T-130 avait dépassé la «Strata 950», l'excavateur du «Plan A» en action depuis dix jours, qui avait atteint jeudi 171 mètres de profondeur, sur un objectif de 700 mètres.

Mais ces deux engins ne forent encore que des conduits étroits, de 30 centimètres environ. Dans un deuxième temps seulement, ils seront élargis à 66-70 centimètres, canal par lequel les mineurs seront extraits à l'aide d'une nacelle.

Les autorités répètent chaque jour que le délai prévu pour le sauvetage des mineurs, prisonniers à 700 mètres de fond depuis un éboulement le 5 août, est entre début novembre, «dans un scénario optimiste», et début décembre.