Une photo d'un bateau de croisière dont les passagers se prélassent à la plage, jusque là rien de choquant. Sauf que c'est à Haïti que la scène se déroule. À 60 miles à peine, les survivants du séisme manquent de tout.

CYBERPRESSE

Alors que les cadavres jonchent les rues de Port-au-Prince, la décision de la Royal Caribbean Cruise Lines de continuer les haltes de ses bateaux de croisière sur les plages privées de l'île a été difficile à prendre.

Elle a divisié les passagers: «Je m'imagine mal en train de bronzer sur la plage, jouer dans l'eau et faire un barbecue pendant que des milliers de morts sont empilés dans les rue, les survivants sous le choc, cherchant de la nourriture et de l'eau», explique un passager qui a refusé de sortir du bateau pour rejoindre les baigneurs.

D'autres ont prévu de profiter magré tout de leurs vacances.

Les bateaux apportent avec eux de l'aide alimentaire et la compagnie a promis de faire don de toutes les recettes de la visite. La sécurité est assurée par des guides armées.

Lire l'article sur le site du Guardian