La proposition marocaine d'autonomie pour le Sahara occidental suscite «plus de soutien international» face à des «manoeuvres désespérées de nos adversaires», a déclaré vendredi le roi Mohammed VI dans un discours à la nation.

Mis à jour le 20 août 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

«À mesure que s'accroît le soutien international en faveur de cette initiative courageuse, reconnue par l'ONU comme étant sérieuse et crédible, nos adversaires persistent dans leurs manoeuvres désespérées visant vainement à l'entraver», a déclaré le roi à l'occasion d'une fête nationale.

«L'obstination des ennemis de notre intégrité territoriale ne fera que conforter le Maroc dans sa marche vers la démocratie et le développement», a-t-il affirmé.

Le Polisario, mouvement indépendantiste soutenu par l'Algérie, a rejeté le projet marocain d'autonomie et réaffirmé «le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination», via un référendum.

Le souverain marocain s'exprimait dans un discours radio-télévisé à l'occasion du 57ème anniversaire de la «Révolution du Roi et du Peuple», commémorant la décision en 1953 des autorités coloniales françaises d'exiler à Madagascar le roi Mohammed V, père de l'indépendance du Maroc.

Le roi Mohammed VI avait déclaré que le Maroc «ne cèdera pas un pouce de son Sahara».

Vendredi, dans son discours le souverain marocain a également évoqué le  processus de régionalisation en cours d'élaboration au Maroc.

La régionalisation, a-t-il dit, a pour but de «raffermir la bonne gouvernance territoriale et de stimuler la dynamique de développement intégré».

En janvier dernier, le roi du Maroc a créé une Commission consultative de régionalisation (CCR), dirigée par Omar Azziman, ancien ministre de la Justice et actuel ambassadeur du Maroc à Madrid.

Elle a été chargée de réfléchir à «un modèle maroco-marocain de régionalisation», en évitant de «sombrer dans le mimétisme ou la reproduction à la lettre des expériences étrangères». Elle doit rendre les résultats de ses travaux en principe début 2011.