Il doit aussi être question de transports et d'aménagement, mais c'est le troisième enjeu, celui de la conservation, qui a monopolisé l'attention à l'ouverture de la consultation sur le Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD).

Mis à jour le 29 sept. 2011
Charles Côté LA PRESSE

Ce PMAD proposé par la Communauté métropolitaine de Montréal évoque l'idée d'une ceinture verte autour de la région, mais demeure pauvre en mesures concrètes en ce sens, ont souligné plusieurs intervenants hier soir à Dollard-des-Ormeaux.

Une dizaine de citoyens se sont succédé au micro. Tous ont réclamé la création du parc écologique de l'Archipel de Montréal, le nom que porte le projet de ceinture verte dans la métropole. Ce concept est mentionné dans le PMAD, mais sans plus.

C'est une étudiante de 18 ans, Leehi Yona, qui a lancé la série de consultations qui doit s'étendre sur 11 jours d'ici la fin du mois d'octobre.

«Le PMAD doit inclure un zonage afin de préserver au moins 12% du territoire, a souligné Mme Yona. C'est l'investissement le plus important que nous pouvons faire pour l'avenir de ma génération. Il faut une ceinture verte et bleue autour de Montréal.»

«Je suis d'accord avec les objectifs de protection des milieux naturels et terres agricoles du plan, mais je suis inquiète que la CMM ne propose aucune mesure concrète en ce sens, a dit Linda Besner, citoyenne de Senneville. Le PMAD doit donner un message clair aux municipalités. Je réclame que le plan d'action pour la création du parc écologique de l'Archipel de Montréal soit inclus dans le PMAD.» Sylvia Oljemark, du Regroupement des citoyens de Saraguay, milite pour la préservation des milieux naturels depuis 1977.

Après avoir fait l'historique de cet enjeu, depuis la protection du bois de Saraguay pour lequel elle s'est battue il y a 35 ans, elle a fait cette prédiction: «Cette consultation sera le déclencheur pour la création d'une ceinture verte pour Montréal: le parc écologique de l'Archipel de Montréal.»

«On vous demande de respecter les termes du protocole de Nagoya sur la biodiversité et de protéger 12% du territoire d'ici 2015 et 17% d'ici 2020, a dit Jane Guest, citoyenne. Le PMAD doit être adopté d'ici la fin de l'année et s'appliquer pendant cinq ans. Si le projet du parc écologique de l'Archipel de Montréal ne fait pas partie du PMAD, une occasion sera perdue à jamais.»

La sortie de l'Association provinciale des constructeurs d'habitations du Québec contre le gel du périmètre urbain proposé par la CMM a suscité des réactions.

«Si on crée une ceinture verte et bleue, on augmente l'intérêt des gens pour les milieux de vie à proximité, selon Patrick Asch, d'Héritage Laurentien. Plusieurs études montrent que les valeurs foncières augmentent autour des milieux naturels protégés. Cela augmente l'intérêt d'avoir des milieux de vie à plus haute densité.»

«La proposition de gel du périmètre urbain a provoqué un soupir de soulagement chez les citoyens, a dit Christopher Isaac Larnder, citoyen. Plusieurs se sont dit qu'au moins, il y a des gens qui prennent un peu de recul. Je sais que cela a aussi soulevé des critiques. Mais demeurez fermes.»