Un virus mortel, qui décime les poissons du Zambèze (Afrique australe), menace les régions en aval et en amont du fleuve, prévient l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans un communiqué publié mardi.

Mis à jour le 21 juill. 2009
AGENCE FRANCE-PRESSE

Le Syndrome ulcératif épizootique ne rend pas le poisson impropre à la consommation mais provoque de graves lésions et un taux élevé de mortalité chez une cinquantaine d'espèces de poissons. Quelque 700 000 habitants des zones rurales, dépendantes de cette source de nourriture et de revenus, pourraient subir les conséquences de cette maladie, selon le communiqué de l'agence onusienne.

«En absence de campagnes d'endiguement, la maladie risque de se propager vers d'autres pays riverains du fleuve Zambèze ainsi que vers d'autres systèmes fluviaux de la région», prévient un expert de la FAO, Rohana Subasinghe.

Le pays le plus touché par la maladie est la Zambie, source du fleuve. Dans son ensemble, le bassin fluvial s'étend sur 1 390.000 km2 et abrite 32 millions d'habitants de sept pays de l'Afrique australe.