L'Arctique a pris des airs de pôle Sud pour la première fois cette année avec l'apparition d'un trou géant dans la couche d'ozone.

Charles Côté LA PRESSE

L'ozone protège des rayons ultraviolets, qui causent le cancer de la peau et des cataractes. Le trou observé cette année fait craindre pour la santé des populations des zones tempérées dans l'hémisphère nord.

«Le déclin précipité de l'ozone arctique en février-mars 2011 est le résultat d'une perte chimique d'une magnitude similaire à celle qu'on observait dans l'Antarctique dans les années 1980», affirment les chercheurs dans un article publié dimanche dans la revue britannique Nature.

L'hiver plus froid que la moyenne a été un des facteurs qui ont fait que la couche d'ozone a été plus affectée cette année, expliquent les chercheurs.

Les gaz destructeurs d'ozone sont plus actifs avec le froid. La couche d'ozone se trouve dans la haute atmosphère, où, comme effet pervers du réchauffement climatique, on prévoit une baisse des températures.

Cela «soulève la possibilité d'appauvrissement encore plus sévère» dans l'avenir, affirment les chercheurs.

En avril 2011, le trou dans l'Arctique a exposé des populations dans la zone tempérée de l'Hémisphère Nord quand il s'est déplacé vers le sud, affirment les chercheurs.

Les gaz qui détruisent la couche d'ozone sont principalement les chlorofluorocarbures (CFC). Ces gaz réfrigérants ainsi que d'autres comme le bromure de méthyle, un pesticide, sont progressivement retirés du marché en vertu du Protocole de Montréal adopté en 1987.

Depuis, les taux de gaz néfastes se sont stabilisés ou ont diminué, mais certains de ces gaz ont une très longue durée de vie.

Une partie des chercheurs qui ont participé à cette recherche travaillent chez Environnement Canada. Ils craignent de voir leurs postes disparaître dans le cadre des mesures de compression annoncées par le gouvernement Harper.

Une de leurs collègues européens a affirmé à la chaîne Post Media que le réseau canadien d'observation de la couche d'ozone est essentiel à la poursuite des travaux dans ce secteur.