L'herbier fondé en 1920 par le frère Marie-Victorin s'installera d'ici à l'été dans le tout nouveau Centre sur la biodiversité de l'Université de Montréal, inauguré jeudi. Avec près de 1 million de spécimens, le déménagement de l'herbier Marie-Victorin de ses locaux de l'Institut de recherche en biologie végétale, au Jardin botanique, dans le nouveau Centre est un véritable travail de moine, dit Luc Brouillet.

Anabelle Nicoud LA PRESSE

Les vastes fenêtres du Centre sur la biodiversité, construit à côté des serres du Jardin botanique, offrent un sérieux contraste avec le sous-sol de l'édifice de l'Institut de recherche en biologie végétale dans lequel l'herbier a passé les 15 dernières années. Luc Brouillet, le conservateur de l'herbier Marie-Victorin, ne cache guère son manque d'attachement pour le sous-sol peu convivial.

Ce sous-sol n'était certes pas le meilleur endroit pour installer une collection aussi fragile. «Physiquement, ici, on ne contrôle pas complètement l'atmosphère. Tous les échantillons sont collectés sur papier. Or, c'est la partie la plus vulnérable. Il faut tout au plus 40% d'humidité, et une température stable», explique Luc Brouillet.

Plusieurs concepteurs du nouveau Centre sur la biodiversité de l'Université de Montréal ont d'abord suggéré de reloger l'herbier... au sous-sol. Mais Luc Brouillet a tenu bon: les nouveaux bureaux de l'herbier auront maintenant une vue imprenable sur le Stade olympique et le Jardin botanique.

L'herbier Marie-Victorin comprend près de 625 000 spécimens de plantes et de mousses d'ici et d'ailleurs. Dans les tiroirs et les casiers, plus de 5240 genres de plantes sont représentés, soit plus de 90% de la flore du Québec. La majeure partie de la collection a été recueillie dans les années 20 et est formée des collections du frère Marie-Victorin ou de collections d'Europe qu'il a acquises au fil des années.

Le déménagement permettra aussi d'adopter une nouvelle méthode de classification des échantillons. Grâce à l'ADN, on pourra regrouper les échantillons par familles selon leur structure moléculaire.