Exit le bac vert, les résidants du Plateau-Mont-Royal utiliseront bientôt des sacs de plastique pour porter leurs matières recyclables sur le trottoir.

Mis à jour le 7 avr. 2010
Martin Croteau LA PRESSE

Le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, a annoncé cette mesure hier afin d'améliorer la propreté dans les rues. En plaçant les matières recyclables dans des sacs qui peuvent être fermés et non dans des bacs ouverts, il espère réduire la quantité de déchets qui voleront au vent.

«Quiconque se promène dans le Plateau les jours de recyclage où il vente se rend compte que les papiers volent au vent dans tous les sens, a souligné M. Ferrandez. Les deux jours qui suivent la collecte de recyclage, on envoie des équipes de cols bleus pour ramasser du papier.»

À compter du 7 juin, l'arrondissement distribuera à tous ses résidants une boîte contenant assez de sacs de plastique pour une année. Ensuite, ce sera aux citoyens de s'en procurer, au coût d'environ 6$ la boîte dans les supermarchés, ou au prix coûtant de 4$ au bureau d'arrondissement.

La disparition des 50 000 bacs verts de l'arrondissement facilitera le travail des cols bleus, tant pour la collecte sélective que pour le déneigement des rues et des trottoirs.

Plus d'inspecteurs

L'arrondissement va faire passer de quatre à huit le nombre d'inspecteurs qui sillonnent les rues pour faire respecter les règlements de propreté. Des équipes vertes seront chargées de répertorier, d'entretenir et de verdir différents secteurs du Plateau. Et pour empêcher les cyclistes d'enchaîner leurs vélos aux arbres, et ainsi les endommager, on créera 500 nouvelles places de stationnement pour bicyclettes.

L'implantation de ces mesures coûtera 3,6 millions.

La Ville de Montréal a récemment fait l'acquisition de 245 000 conteneurs de recyclage sur roulettes. Mais cette mesure visant à stimuler le recyclage ne sera pas implantée dans le Plateau, où l'on compte une très forte proportion de bâtiments à résidences multiples et très peu de maisons unifamiliales.

L'arrondissement de Ville-Marie mène depuis 2007 un projet pilote pour tester le sac de plastique en remplacement du bac vert. Son porte-parole, Jacques-Alain Lavallée, souligne que l'initiative est un succès jusqu'ici. Le taux de récupération a grimpé de 40% lors de la première année d'implantation de la mesure.

«Ça a permis de régler une partie de notre problème de malpropreté et, d'autre part, ça a permis d'augmenter nos taux de recyclage», a-t-il indiqué.

La Ville teste depuis l'an dernier le «bac-sac» dans trois arrondissements. Mais le panier de plastique s'est attiré plusieurs critiques jusqu'ici, notamment à cause de sa fragilité. «Il y a effectivement un certain nombre de constats qui ont été faits, a indiqué le porte-parole de la Ville, Bernard Larin. Mais nous souhaitons poursuivre le projet pilote.»