Imaginez le boulevard Saint-Laurent qui se termine par une plage qui donne sur le fleuve.

Michèle Ouimet LA PRESSE

J'entends déjà les sceptiques dire que c'est impossible à cause des voies ferrées et du port qui occupent les berges.

Barcelone, elle, a osé. En 1992, elle a organisé les Jeux olympiques. Elle en a profité pour se refaire une beauté. Barcelone tournait le dos à la mer Méditerranée, comme Montréal au fleuve. La ville a déplacé les voies ferrées et mis la hache dans son vieux quartier industriel qui formait une barrière en apparence infranchissable. Elle a créé six plages artificielles. L'effet est magique.

Imaginez le boulevard Saint-Laurent...