L'industrie du livre subira-t-elle la même transformation que celle qu'a connue la musique au cours des 10 dernières années? C'est une question à laquelle je tente de répondre depuis plus d'un an. Je suis un lecteur assidu. Je lis en moyenne deux à trois livres par mois depuis bien des années. Vais-je arrêter de lire? Non. Vais-je adopter les nouvelles technologies pour lire un livre? Peut-être!

Philippe R. Bertrand<br><br><i>L'auteur est vice-président stratégie et développement de Vortex Solution, une entreprise spécialisée dans la conception de sites web et l'élaboration de stratégies internet.</i>

C'est exactement ce qui s'est passé dans l'industrie de la musique. Personne n'a arrêté d'écouter de la musique, au contraire. Il ne s'est jamais autant écouté de musique! Les consommateurs ont simplement adopté de nouveaux supports technologiques pour l'écouter.

Voici quelques statistiques fort intéressantes:

- il y a en ce moment 823 millions d'utilisateurs-payeurs de musique digitale dans le monde et ce chiffre augmentera à 1,55 milliard en 2014;

- le nombre d'utilisateurs-payeurs utilisant un appareil mobile pour télécharger cette musique était de 483,8 millions en 2009 et devrait atteindre 1 milliard;

- En 2014, les «Digital Music Retail Revenues» vont atteindre 32,5 milliards de dollars;

- Il s'est vendu 275 millions de iPods (tous modèles confondus) depuis leur lancement en 2009.

Par contre, à l'époque, l'industrie de la musique, trop occupée à saisir la plus importante part des revenus, a certainement manqué l'occasion de créer de réelles opportunités, comme participer au développement de plateformes de distribution numérique (ce qu'Apple a réussi à faire de façon magistrale), ou s'assurer que leurs artistes créaient de meilleurs albums (lorsqu'une chanson se vend 1 $, il est préférable que l'album cumule plus d'un «hit»).

L'arrivée de ces nouvelles plateformes a d'ailleurs permis à plusieurs artistes, qui n'arrivaient pas à conclure une entente avec une maison de distribution, de se faire connaître et entendre en plus d'accéder à un véritable succès. Autre exemple éloquent du succès de ces plateformes: il s'est vendu plus de 2 millions de titres et 450 000 albums des Beatles depuis que ceux-ci sont disponibles sur iTunes. La grande accessibilité et la polyvalence des technologies permettent d'actualiser des oeuvres créées il y a plusieurs années tout en dynamisant l'économie rattachée à cette industrie. Il en sera de même pour l'industrie du livre.

Ce changement ne se fera pas sans bouleversement. Certains pans de l'industrie seront appelés à se transformer. Souhaitons que cette économie saura prendre avantage de la situation plutôt que de tenter de l'éviter.

Les grands éditeurs semblent déjà avoir appris de la sévère leçon administrée aux maisons de disques, mais que faire de ses fidèles lecteurs pour qui le livre, son poids, son odeur, les pages à tourner représentent un plaisir presque aussi grand que l'histoire à parcourir? Voilà une question importante à laquelle seuls les consommateurs de bouquins pourront répondre. Et l'industrie du livre se devra d'être à l'écoute.