J'accepte et je trouve normal d'être servi strictement en anglais par les propriétaires taïwanais du petit casse-croûte près de chez moi: ils sont tellement gentils...

Mis à jour le 26 sept. 2011
Claude Bachand LA PRESSE

J'accepte et je trouve normal d'aller magasiner dans des commerces dont les raisons sociales sont uniquement en anglais: ils sont à la fine pointe de la mode...

J'accepte et je trouve normal que les arbitres au Centre Bell et au stade McGill ne s'adressent à moi qu'en anglais: la majorité des équipes sont situées au Canada anglais ou aux États-Unis...

J'accepte et je trouve normal que la plupart des chansons entendues au cours de ces parties soient en anglais: il faut être de son temps, c'est partout comme ça... et c'est tellement meilleur en anglais...

J'accepte et je trouve normal que les chansons entendues dans bon nombre des films québécois récents soient en anglais: c'est tellement plus vrai...

J'accepte et je trouve normal que la moitié des enfants de la loi 101 choisissent de fréquenter le cégep en anglais: après tout, si on le pouvait, on ferait la même chose...

J'accepte et je trouve normal que nos dirigeants politiques québécois dépensent des millions de dollars en publicité pour m'inciter à exiger d'être servi en français dans les commerces alors que ces mêmes dirigeants passent à l'anglais dès qu'un journaliste de la Gazette (souvent même un francophone) leur pose une question en anglais: bien sûr, il faut respecter notre minorité...

J'accepte et je trouve normal de rire de mes dirigeants politiques québécois qui ne maîtrisent pas parfaitement l'anglais dans les conférences de presse ou les débats: a-t-on idée de ne pas être bilingue au Québec?

J'accepte et je trouve normal que 51% des allophones qui délaissent leur langue maternelle choisissent le français: après 34 ans de loi 101, c'est une belle réussite...

J'accepte et je trouve normal que Montréal soit de plus en plus bilingue et que le poids des francophones diminue sans cesse: que voulez-vous, on ne fait pas d'enfants...

J'accepte et je trouve normal et sain que les politiciens les plus populaires dans les sondages nous ramènent sans cesse aux vraies préoccupations des Québécois. La culture, la langue, la survie d'un peuple, on s'en occupera plus tard, quand on aura réglé les choses importantes: la corruption, les problèmes routiers et ceux du système de santé.

-Claude Bachand, Laval