Le texte qui suit est signé par les 18 chefs d'établissements universitaires du Québec.

Mis à jour le 16 nov. 2008
LA PRESSE

Malgré les immenses progrès réalisés depuis 40 ans, le Québec peine à maintenir l'accessibilité à l'université et la qualité de l'enseignement et de la recherche universitaires à des niveaux comparables à ceux des économies concurrentes.

Les universités soumettent donc la question suivante aux partis politiques: quels moyens entendent-ils mettre de l'avant pour redonner à l'éducation en général, et à la formation universitaire en particulier, un statut de priorité nationale?

 

Les universités québécoises identifient cinq enjeux essentiels:

- Augmenter la diplomation

Les sociétés comparables à celle du Québec visent un taux d'accès au baccalauréat de 50%. Les partis politiques sont-ils prêts à soutenir les universités dans la définition et l'atteinte d'objectifs ambitieux de diplomation?

- Un enseignement et une recherche de calibre mondial

L'accessibilité ne suffit pas; les universités ont besoin de professeurs et de chercheurs de stature internationale, de personnel en nombre suffisant, et d'installations physiques de premier ordre pour s'adonner à un enseignement et une recherche de calibre mondial.

Que proposent les partis politiques pour favoriser un tel enseignement et une telle recherche, et permettre au Québec de retrouver la place de leader qu'il occupait dans les années 80 dans le domaine de la recherche universitaire?

- L'ouverture sur le monde

Les universités sont résolument engagées à préparer les étudiants à faire face aux exigences d'un marché du travail mondialisé et basé sur l'économie du savoir, entres autres en leur offrant la possibilité d'étudier à l'étranger et de côtoyer des étudiants étrangers qui choisissent de venir étudier chez nous.

Que proposent les partis politiques pour que les universités continuent d'être en mesure de contribuer à l'internationalisation de la société québécoise?

- La gouvernance et l'autonomie

Les universités québécoises sont en faveur d'une gouvernance moderne et efficace comportant une reddition de comptes complète et transparente. Cependant, elles ne sont ni des sociétés d'État ni des entreprises, et elles se doivent d'orienter elles-mêmes leurs activités visant à réaliser leur mission. Il faut une gouvernance appropriée qui reflète leur mission particulière et leur nature collégiale.

Les partis politiques sont-ils prêts à donner suite aux recommandations du Rapport de l'Institut sur la gouvernance des organisations publiques et privées en s'engageant à respecter «la diversité des histoires, des traditions, des cultures et des valeurs propres à chaque institution universitaire»?

- Le financement

Comme la population en général, les universités sont préoccupées par les effets de la crise financière mondiale et elles reconnaissent que les gouvernements doivent y accorder la priorité. Néanmoins, il faut à moyen terme positionner le Québec face aux grands défis de l'avenir.

Le sous-financement des universités québécoises a été évalué en 2002 à 375 millions et ne cesse de croître. Les universités proposent comme objectif de relever le niveau de financement par étudiant au niveau moyen constaté pour l'ensemble des universités du reste du Canada et invitent les partis politiques à prendre un engagement en ce sens.

Notre capacité à maintenir une économie vigoureuse et à relever les défis de notre société en matière de santé et d'environnement passe d'abord par le savoir et par l'éducation, et tout particulièrement l'éducation au niveau universitaire. Voilà pourquoi les universités québécoises demandent aux partis politiques de redonner à l'éducation le statut de priorité nationale.