La saga WikiLeaks se poursuit, dans une atmosphère de délire alimentée par les autorités américaines. Hier, le vice-président des États-Unis d'Amérique, Joe Biden, a enfilé son costume de Dick Cheney pour décréter que Julian Assange, le visage de la nébuleuse, était un «terroriste hi-tech».

Patrick Lagacé LA PRESSE

Oui, un terroriste. Rien de moins!

Si vous pensiez que la bêtise n'avait plus droit de cité à la Maison-Blanche depuis que le duo Cheney-Bush avait fait ses boîtes, think again...

Il se dit beaucoup de niaiseries, autour de WikiLeaks, une bibitte hors normes, depuis que la nébuleuse a commencé à publier des câbles diplomatiques américains. Biden n'est que le dernier d'une belle brochette de politiciens qui crient au loup en voyant la tête de Julian Assange.

Il se fait aussi beaucoup de conneries: la US Air Force et la Bibliothèque du Congrès (!) ne permettent plus à leurs ordinateurs de se brancher sur WikiLeaks. On nage en plein délire. On oublie que les employés de la US Air Force et de la Bibliothèque du Congrès ont fort probablement des ordis, à la maison, d'où ils peuvent se brancher sur le site...

On fait surtout de WikiLeaks un bonhomme Sept-Heures très commode, en ces temps de paranoïa sécuritaire. Heureusement, il y a des voix raisonnables qui injectent un peu de lucidité dans la mêlée. Une de ces voix est celle de Thomas Blanton.

À la George Washington University, M. Blanton dirige les National Security Archives qui recensent, à des fins d'analyse historique, des documents gouvernementaux «déclassifiés», comme on dit dans le jargon du renseignement. Qui ne sont plus secrets. Devant le Congrès américain, jeudi dernier, cet expert des dédales du renseignement made in USA a exhorté les parlementaires à respirer par le nez: les fuites ont toujours existé, dit-il, et les moyens de les contrer sont presque toujours contre-productifs.

WikiLeaks est-elle une organisation terroriste? Trois jours avant les propos du vice-président Biden, M. Blanton a été sarcastique à souhait.

«J'aimerais que tous les groupes terroristes écrivent à l'ambassadeur américain local, comme Assange l'a fait à l'ambassadeur Louis Susman à Londres, le 26 novembre, pour demander des suggestions afin qu'aucune source confidentielle ne soit blessée (par ces révélations). J'aimerais que tous les groupes terroristes s'allient au Monde, au El Pais, au Der Spiegel, au Guardian et au New York Times, et qu'ils acceptent les conseils de journalistes professionnels pour déterminer quelles bombes vont exploser, où et avec quels détonateurs. Tout indique que WikiLeaks ne se comporte pas comme un groupe anarchiste ou terroriste, mais comme un groupe qui publie selon des normes se rapprochant de celles du journalisme professionnel.»

Blanton n'est pas le seul à nuancer les actions de WikiLeaks. Malheureusement, ceux de son camp sont noyés dans un tsunami de paranoïa. Ainsi, Joe Biden a confirmé que le ministère de la Justice des États-Unis cherche des moyens d'accuser Assange au criminel pour avoir publié ces secrets d'État.

Si un journaliste américain, dans un avenir rapproché, publie des secrets d'État chinois ou russes, on a bien hâte de voir M. Biden expliquer en quoi la Chine ou la Russie auraient tort d'exiger l'extradition dudit journaliste américain...

«Presque tous les remèdes aux fuites sont pires que le mal qu'ils prétendent soigner, a expliqué Thomas Blanton. Le vrai danger de la "Wikimanie" est que nous pourrions revenir à des notions de secrets dignes de la guerre froide, au genre de pensée en silos qui nous a laissés à découvert avant le 11 septembre 2001; à des poursuites en vertu de la Loi sur l'espionnage qui ne sont que du gaspillage de fonds publics et qui sont ultimement abandonnées; à des pressions sur les fournisseurs d'accès internet qui s'apparentent à de la censure inspirée davantage du modèle chinois de contrôle d'État que du premier amendement» de la Constitution américaine.

Tout ce que Thomas Blanton a évoqué devant le Congrès est connu. Quiconque se renseigne un peu sait que WikiLeaks n'agit pas comme un Al-Qaïda numérique. Quiconque n'achète pas la propagande politico-patriote du moment se souvient du constat de Robert Gates, secrétaire à la Défense, à propos des révélations de WikiLeaks, début décembre: emmerdantes, oui; dévastatrices, non.

Sachant tout cela, comment expliquer la guerre sainte menée par les États-Unis contre WikiLeaks?

Peut-être que ce n'est pas une guerre, justement, peut-être que c'est seulement une autre bataille d'une autre guerre sainte, celle lancée en 2001 contre le terrorisme, au nom de laquelle les Américains ont accepté un tas de bêtises, de l'invasion de l'Irak au tripotage de leurs bijoux de famille dans les aéroports en passant par le recours à la torture pour faire parler des «combattants ennemis» qui n'ont été accusés de rien.

C'est pourquoi, bien sûr, ils vont accepter docilement qu'on fasse d'Assange un exemple. Au nom de la guerre au terrorisme, aujourd'hui, tout se justifie.