Retour de vacances un peu calme et tranquille, non? René Angélil n'a pas réclamé leur tête, la grande tour de Radio-Canada ne s'est pas écroulée sous les plaintes et leur Bye Bye 2010 a été rigolo, sage et dénué de controverse, sans toutefois égaler les revues de fin d'année extra décapantes de RBO. Maintenant, Véronique Cloutier et Louis Morissette peuvent bronzer en paix.

Hugo Dumas LA PRESSE

Le soir du 31 décembre, la guerre des empires n'a - bien sûr - pas fait relâche avec un Joël Legendre impayable en Céline Dion, qui a exigé que Julie Snyder (jouée par une Véronique Cloutier en pleine forme) soit mise en lock-out, tandis que René-Charles s'amusait dans son Marineland personnel sous le regard de son papa René (campé par Louis Morissette).

Le couple royal de Véro-Canada - pardon, de Radio-Canada - n'a évidemment pas ménagé le couple royal de Quebecor. Bien normal avec toute cette acrimonie ambiante, qui ne risque pas de s'estomper en 2011. Toutefois, la parodie des Restants de la télé a montré une des grandes forces des Cloutier-Morissette: leur redoutable sens de l'autodérision. Dans la même veine, la portion où Joël Legendre a été solidement écorché sur ses mouvements de girouette par rapport au Journal de Montréal, question de vendre un «livre de recettes quétaine», a renfloué son tiroir-caisse de sympathie.

Les sketches portant sur la télévision, un milieu dans lequel les créateurs du Bye Bye baignent quotidiennement, ont le plus souvent visé juste, dont l'infâme table de Chantal Lacroix, Mélanie Ménarve et L'Autre en entrevue devant Panik, ainsi que le pastiche de Dubois en réalité, rebaptisé Dubois en promotion, où les imitations de Crystal et Claude ont frôlé la perfection.

À oublier: Les arriérés, pastiche des Rescapés mettant en vedette le cardinal Marc Ouellet, qui a fait patate. Également plus ou moins réussi: Lance et crampe, où Carl Marotte ne se ressemblait pas du tout. Heureusement que les cris multiples de Suzie Lambert ont décroché quelques rires.

Côté actualité, on a senti que plusieurs des auteurs du Bye Bye ont fréquenté l'école d'écriture de François Avard, grand pourfendeur de toutes les institutions et de la classe politique qui nous gouverne. La dureté et le cynisme des textes à saveur plus politique sentaient Les Bougon à plein nez, où la désillusion face au système régnait en maître. Et l'arrivée de Jean-François Mercier, suivie de son altercation avec André Caillé, a rappelé le ton trop agressif du Bye Bye 2008, ce qui n'était pas l'idée du siècle.

La formule à cinq acteurs a cependant fonctionné à merveille. Hélène Bourgeois Leclerc s'est révélée en une Anne-Marie Losique plus vraie que nature à On prend toujours un arrière-train. Sa personnification de Marie-Mai a été tout aussi épatante.

Coiffé de son toupet de Xavier «pugnacité» Dolan, Joël Legendre a obtenu son meilleur moment de la soirée, ex aequo avec sa Céline enceinte jusqu'aux yeux. Plus effacé que les quatre autres, Michel Courtemanche a été parfait en Patrick Huard et en Régis Labeaume.

Quant à Véronique Cloutier, en excluant son imitation de Julie Snyder, qu'elle maîtrise sur le bout des ongles, c'est dans les costumes extravagants et sexy de Lady Gaga qu'elle a le plus brillé.

C'est clair: les maquilleurs de ce Bye Bye rafleront des Gémeaux pour leur fabuleux travail. Le Jean Charest de Louis Morissette était presque parfait, avec ses cheveux, sa voix et tout et tout.

Par contre, pourquoi avoir installé les cinq comédiens à une table de présentateurs de nouvelles, où des figurants faisaient semblant de bosser derrière eux? C'était très agaçant. Le décompte menant au 1er janvier (préenregistré) a déboulé trop rapidement et on y reconnaissait à peine les personnalités qui criaient les 10-9-8-7... Le segment du mariage de Gregory Charles n'était pas drôle du tout et aurait dû être retranché au montage. Rien d'étonnant non plus à revoir Véronique Cloutier enfiler la casquette de Rogatien de Taxi 0-22. Ça sentait la tourtière réchauffée.

Rock

TVA devait entreprendre la diffusion de la deuxième saison de Rock & Rolland cet hiver, mais, surprise, la comédie n'apparaît plus dans la grille du vrai réseau. Que s'est-il passé? La série mettant en vedette Michel Barrette et Julien Poulin est tournée et prête, mais TVA l'aurait reportée à l'automne, selon nos informations. Pas de nouvelles fraîches non plus concernant les deux derniers épisodes de Rencontres paranormales, qui doivent, en théorie, jouer cet hiver. La table du médium Roger Mainville aurait-elle cogné et révélé tous ses secrets?

À la fin de son excellente revue de l'année Infoman 2010, Jean-René Dufort a qualifié Rencontres paranormales de Chantal Lacroix «d'une des émissions les plus niaiseuses jamais produites». Dans son reportage, Dufort a lancé un avertissement complètement différent de celui de TVA: «Nous, on n'est pas assez croches pour vous faire croire que c'est des esprits. C'est un truc. C'tu clair?» L'illusionniste Luc Langevin a ensuite fait léviter une table en bois, ce qui a été pas mal plus impressionnant que les bang, bang, boum, boum de Roger Mainville, mettons.