Voici ce que Louis Morissette a confié au magazine Châtelaine le mois dernier à propos du cyclone qui a soufflé sur sa vie professionnelle et personnelle après le Bye Bye 2008. «Je ne voulais plus travailler, j'étais chez nous en boule et j'attendais que le temps passe. (...) J'écoutais Annie Brocoli avec les enfants dans les bras et je pleurais trois fois par jour. Ensuite, j'ai pleuré tous les trois jours, puis une fois par semaine, et j'ai fini par cesser.»

Mis à jour le 24 juin 2010
Hugo Dumas LA PRESSE

Maintenant, la question à 1000$: pourquoi Louis Morissette et sa conjointe Véronique Cloutier replongent-ils aussi rapidement la main dans cet immense panier de crabes? Pour enfin effacer cette tache tenace de 2008 et prouver que oui, ils peuvent divertir les téléspectateurs québécois le soir du 31 décembre sans pousser de blagues déplacées sur Nathalie Simard?

Et notre société d'État est-elle culottée, masochiste, audacieuse ou carrément inconsciente de se rembarquer dans cette aventure périlleuse qui a tellement été décriée par les médias? Chose certaine, personne n'accusera Louis et Véro de ne pas prendre de risques (ou jouer avec le feu, c'est selon).

Alors que les souvenirs malheureux associés au Bye Bye 2008 s'effaçaient graduellement de notre mémoire collective, voilà qu'ils reviennent inévitablement sur le tapis avec l'annonce surprise d'hier: après une pause d'un an et un autre refus de RBO, la SRC réitère sa confiance au tandem Cloutier-Morissette pour l'assemblage de sa revue de fin d'année. François Avard supervisera l'écriture des textes et Louise Richer, directrice de l'École nationale de l'humour, a été nommée comme productrice au contenu.

Et c'est Radio-Canada qui a pris contact avec le couple vedette pour lui confier - pour la troisième fois - cette délicate mission du 31. «Ils ont l'expérience. Ils ont développé cette expertise-là de faire des Bye Bye. Ce sont des êtres aux talents multiples, déclare Louise Lantagne, directrice générale de la télévision française de Radio-Canada.

«On ne passe pas l'éponge. On a eu à répondre aux plaintes. Mais nous sommes ici en présence des gens qui ont fait C.A. 4, le gala des Gémeaux, Le verdict et qui sont parmi nos grosses têtes d'affiche. Les critiques, on les a reçues. En humour, quand on fait une erreur, on prend notre pilule et on recommence» poursuit Mme Lantagne.

Ni Louis Morissette ni Véronique Cloutier n'ont accordé d'entrevue hier. Seule Louise Lantagne de la SRC a affronté les journalistes lors d'une conférence de presse téléphonique tendue. De façon un peu naïve et évasive, la patronne radio-canadienne a parlé d'un «très beau défi» pour Louis Morissette et Véronique Cloutier. «On a confiance en ces créateurs-là. On s'est excusé un million de fois», ajoute-t-elle, en précisant qu'on ne coupe pas la tête des créateurs qui commettent des erreurs. D'ailleurs, c'est en boulangeant que l'on devient boulanger, a-t-elle répété.

Pour éviter les dérapages et «une autre expérience difficile» comme en 2008, Radio-Canada a commandé un Bye-Bye de 75 minutes pré-enregistré. Comprendre: rien ne passera en direct. Pas de numéros de variétés, que des vignettes, qui auront toutes été visionnées et approuvées par la haute direction. «Je ne dirai pas le mot prudence. On va travailler encore dans la liberté de création», glisse Louise Lantagne de Radio-Canada.

Le retour de Jean-François Mercier, qui avait fortement été secoué par le spin médiatique des mois suivant l'émission fatidique, n'a pas été confirmé. Selon la SRC, Louis Morissette, Véronique Cloutier et Louis-Philippe Drolet ont fondé une nouvelle compagnie pour produire eux-mêmes ce Bye Bye 2010.

Avec la reprise du lendemain, les cotes d'écoute cumulées du Bye Bye 2008 ont frôlé les 4,5 millions de téléspectateurs. Mettons que ces chiffres mirobolants ne nuisent pas pour décrocher un renouvellement et font oublier «deux ou trois sketchs malhabiles qui ont déplu». «Ils ont un talent inouï. Et ils ont le goût de le faire. Je salue cette audace-là», rappelle Louise Lantagne.

Au-delà de la controverse, espérons que la qualité du Bye Bye 2010 remontera de plusieurs crans, car celui de 2008 n'a pas volé très haut.

Pour publiciser le retour de son émission phare hier matin, Radio-Canada a téléversé sur YouTube une vidéo de 90 secondes où le couple Morisette-Cloutier recrée de façon très comique - et dans les moindres détails - la fameuse conférence de presse du 9 janvier 2009, où les deux stars avaient multiplié les excuses dans une salle bondée de l'hôtel Hyatt.

Dans cette capsule de promotion, bourrée d'autodérision, Louis et Véro portent les mêmes vêtements et s'assoient devant les médias exactement comme en janvier 2009, en pleine tourmente. Même François Avard y apparaît, toujours posté en retrait. Véro s'excuse à l'avance devant la presse pour le Bye Bye 2010, puis Louis se réveille, en sueur et en panique: «J'ai fait un cauchemar. On refaisait le Bye Bye.» «Mais c'est pas un cauchemar, on refait le Bye Bye», lui annonce alors Véro, tandis qu'un début d'attaque cardiaque terrasse Louis.

Le plus rigolo, c'est quand Véro retourne se coucher sans Louis, mais avec son autre homme, soit son trophée Artis, allongé près d'elle. Si le Bye Bye 2010 ressemble d'un bout à l'autre à cette vidéo virale, on rira beaucoup, c'est certain. Sinon, on conseille fortement à Véro et Louis de ne pas réserver de billets d'avion pour la Floride afin d'être en ville le 2 janvier pour une autre conférence de presse dans une salle bondée de l'hôtel Hyatt.