Un billet de parterre pour les galas du Festival Juste pour rire, le meilleur qui existe dans tout le Théâtre Saint-Denis, coûte 188 $. Le moins cher se vend 55 $.

Hugo Dumas LA PRESSE

Si vous y assistez en couple, doublez la facture pour les billets, qui peut gonfler jusqu'à 376 $, et rajoutez-y les frais pour la gardienne, le stationnement, le resto et le coût de votre soirée chatouillera les 500 $. Ka-ching!

À ce prix-là, le fan d'humour s'attend - à juste raison - au top du top, à la crème de la crème et à un minimum de respect. Vendredi soir, lors du premier de deux galas pilotés par Mike Ward, les spectateurs ont cependant ri jaune en apprenant que les quatre plus grosses vedettes annoncées par Juste pour rire avaient toutes fait faux bond. Pas de Martin Petit. Pas de Jean-Marc Parent. Pas de Martin Matte. Et pas de Peter MacLeod non plus. Méchante claque dans la face, non?

On vous appâte avec des poids lourds de l'humour, vous dégainez votre carte de crédit et, à quelques jours du gala, pouf!, plus rien. Sur scène, restent Sylvain Larocque, Patrick Groulx et une poignée de jeunes talents de la relève. Mettons que ce n'est plus du tout le même spectacle que celui promis à la vente.

Évidemment, plusieurs détenteurs de billets ont râlé contre cette publicité trompeuse. Hier, l'organisation de Juste pour rire se confondait en excuses à propos de ce qu'elle qualifie de «malentendu»: Martin Matte et Peter MacLeod n'avaient jamais confirmé leur participation au premier gala de Mike Ward (ils devaient seulement apparaître dans celui de samedi, capté pour la télévision) et n'auraient jamais dû figurer dans la liste des invités de vendredi. Oups!

À ce sujet, Juste pour rire prend tout le blâme et encaisse toutes les critiques. «On est désolés sur toute la ligne. En aucun cas, nous avons voulu entacher la réputation de ces artistes-là. Il s'agit d'une erreur de communication à l'interne», note la porte-parole de Juste pour rire, Sylvie Savard.

Les consommateurs qui estiment avoir été piégés par l'affiche fallacieuse du gala de vendredi ont jusqu'au 26 juillet pour joindre la billetterie du Festival Juste pour rire et obtenir une place d'une valeur équivalente pour un autre spectacle.

Quant à Martin Petit, il a averti Juste pour rire une semaine avant le gala de Ward qu'il s'absenterait. La raison? Sa copine a accouché, le 5 juillet, d'un petit garçon prénommé Achille.

Au départ, Petit, Ward et Jean-Marc Parent prévoyaient reprendre le numéro des humoristes à la pêche, un classique des galas qui roule depuis environ quatre ans et où des comiques passent l'actualité au crible, tout en taquinant le poisson. Le forfait de Martin Petit a entraîné celui de Parent.

L'agente de Jean-Marc Parent, Chantal Brisson, offre cependant une version différente et contradictoire du fil des événements tels que racontés par Juste pour rire. Selon elle, la participation de son client a été annulée au moins deux semaines avant la tenue du gala de Mike Ward. «Le numéro (des pêcheurs) n'était même pas écrit», souligne Chantal Brisson en entrevue téléphonique.

Quand je lui ai demandé de contre-vérifier ces infos avec Jean-Marc Parent, elle s'est emportée, affirmant ne pas «vouloir déranger Jean-Marc avec ça, franchement». Avant de raccrocher, Chantal Brisson a ajouté: «Oui, c'est plate, mais ce sont des choses qui arrivent. Ce n'est pas intentionnel. Ce n'est pas de la mauvaise foi. Il arrive souvent que des humoristes s'ajoutent aux galas à la dernière minute et ça, vous ne l'écrivez jamais.»

Au moment d'écrire ces lignes, Martin Petit n'avait pas répondu à notre demande d'entrevue. Même mutisme dans le camp de Mike Ward qui, rappelons-le, a animé deux galas axés sur la liberté d'expression. Un concept plus facile à défendre en poussant des blagues au Saint-Denis que dans la réalité, faut croire.

Du côté de Martin Matte, son attachée de presse, Martine Laforce, note qu'il «a toujours été prévu que Martin Matte ne fasse qu'un numéro le samedi soir. Il ne voulait pas faire les deux galas et c'était clair dès le début».

Même situation pour Peter MacLeod: «Nous avions signé un contrat il y a trois mois pour une seule participation au gala de samedi», soutient son agent, Éric Young.

C'est donc Juste pour rire qui a gaffé dans la promotion du gala de Mike Ward. Une bourde lourde de conséquences. Comment expliquer que personne dans l'organisation du Festival n'ait allumé plus rapidement? Mystère.

Joint hier, l'humoriste Guy Nantel espère que cette controverse incitera Juste pour rire à affiner ses techniques publicitaires. «Je me fais un peu l'ombudsman de monsieur et madame Tout-le-Monde. Plus on approche de la date du gala, plus on a l'air fou de perdre des gros noms», indique-t-il. Bien d'accord.

Dimanche, pour son gala portant sur l'actualité, Guy Nantel accueillera les Denis Drolet, Jean-François Mercier, Louis Morissette, Dominique Lévesque, François Massicotte, Serge Grenier, Mike Ward, Laurent Paquin, Jean-Claude Gélinas et Bernard Lachance. Eh oui, ils y seront tous. Chose promise, chose payée, chose due.