Ne riez pas. En 1983, Dominique Poirier a démarré sa carrière médiatique derrière le micro de CKBS à Saint-Hyacinthe. CKBS, quand même, ça ne s'invente pas. «Le slogan, c'était CKBS 1240, la bonne fréquence. À ma première intervention, j'ai annoncé CKBS 1240, la bonne séquence», raconte la journaliste, qui a blondi ses cheveux noisette.

Mis à jour le 4 juin 2009
Hugo Dumas LA PRESSE

Dès lundi matin, dans la plage horaire de Christiane Charette, partie pour l'été, Dominique Poirier renoue avec la radio à la barre de Libre comme l'air, le magazine estival phare de la Première Chaîne (95,1 FM). Une émission très décontractée, qui respirera l'été, la détente, le plaisir. «C'est un changement de ton total pour moi», concède Dominique Poirier, habituée au cadre plus rigide et plus formel de l'information télévisuelle.

 

Parmi les collaborateurs recrutés par l'ex-animatrice du Point, il y a Josélito Michaud, Sophie Faucher (sa chronique s'appellera Jeux de Sophiété), l'humoriste Dominique Lévesque (les livres), l'écrivain Patrick Senécal (le cinéma) et Nicole Bordeleau (mieux-vivre). Consacrée au BBQ, l'émission du vendredi contiendra aussi le segment «coup de foudre, coup de tonnerre, coup de théâtre», où Diane Lemieux, Marc Cassivi et Marianna Simeone commenteront l'actualité de la semaine. Un peu comme le font Josée Legault et Nathalie Petrowski chez Christiane Charette.

Autre nouveauté de la programmation estivale de la radio de Radio-Canada: l'émission musicale PM de Patrick Masbourian, qui débute le 22 juin à 13h. PM, pour les initiales de l'animateur, bien sûr, mais aussi pour plage musicale et pour après-midi.

Aux aurores, Franco Nuovo vous réveillera avec ses collaborateurs habituels: Rebecca Makonnen (culture), Jean-François Poirier (sports), Bernard Faucher (revue de presse) et Martine Rouzier (météo). Le week-end, Annie Desrochers et Stéphane Garneau tiendront les rênes de Samedi et rien d'autre et Pourquoi pas dimanche?. Pour le retour à la maison, place à L'été du monde de Joane Prince. Jacques Beauchamp demeure à La tribune.

Pendant les vacances, c'est Catherine Perrin qui hérite de Je l'ai vu à la radio et François Bugingo remplacera Lorraine Pintal à Vous m'en lirez tant.

La série de René Homier-Roy, Attendez qu'on se souvienne, reprend l'antenne les samedis à 11h. Les thèmes abordés? Le yé-yé, Woodstock, la chute du mur de Berlin, les 30 ans de Starmania. En excluant Dominique Poirier, presque toute la programmation d'été de la radio de Radio-Canada décolle le 22 juin.

Aliénant Call-TV

Avez-vous regardé la fameuse télé-tirelire, une infopub de 90 minutes que TQS diffuse depuis lundi soir? Ouf. Plus aliénant que ça, plus abrutissant que ça, eh bien, ça n'existe pas, finalement. Plantées dans un décor rudimentaire, les deux animatrices Marie-Andrée Poulin et Évelyne Audet amusent les téléspectateurs de Call-TV avec des jeux très simples de mots cachés ou d'anagrammes.

Les réponses, d'une facilité de classe de deuxième année B, sautent aux yeux. C'est boxe! C'est football! C'est karaté! Allumez, quelqu'un! Pourquoi le téléphone ne sonne-t-il pas en studio? Voilà comment Call-TV récolte ses sous: en créant faussement l'illusion que personne n'a trouvé la solution et que si vous signalez immédiatement le numéro 1-900-MACHIN-TRUC qui clignote à l'écran, vous obtiendrez la ligne et raflerez la cagnotte.

Moi-même, j'ai bien failli me faire attraper par le stratagème mardi soir. La pimpante Marie-Andrée Poulin scrutait la grille de jeu d'un air grave et remplissait du temps d'antenne en répétant les mêmes formules ad nauseam. Merde, si personne n'appelle, je vais me sacrifier. J'ai déjà résolu l'énigme. Et à 1$ l'appel ou le texto, ce n'est pas cher pour gagner 200$ ou 300$, non? Erreur. Call-TV vient de vous hameçonner.

Hier, après 20 longues minutes de mots cachés hyper simples, la blonde animatrice n'avait discuté qu'avec trois téléspectateurs, étirant le temps inutilement, question d'engranger le plus de dollars possible. Faudrait quand même pas nous prendre pour des valises. Frustré, j'ai éteint la télé, et ne me referai plus jamais reprendre.

Lundi soir, au jeu des anagrammes, il manquait une lettre O dans le puzzle de Toronto. Ridicule. TQS devrait rembourser tous les gens qui ont joué à ce jeu mal foutu.

Autre source d'irritation? À 23h pile, la présentation de Call-TV démarre avec une infographie en anglais. Sur les ondes d'une chaîne francophone. Faut le faire. Et enlevez-nous cette agressante musique euro-quétaine qui vrombit en permanence. Même chose pour les (faux) applaudissements de la (fausse) foule en délire. C'est aberrant.

Occupation double 6, ça se complique

La production d'Occupation double 6 dans le Sud se complexifie. Selon nos espions, une tentative d'implanter la téléréalité-vedette de TVA aux Bahamas aurait mal tourné.

Même chose pour l'idée d'enregistrer la série dans deux luxueuses villas de Punta Cana, en République dominicaine: elle aurait aussi tourné au vinaigre. Et le temps presse, car la diffusion de cette sixième mouture d'OD est prévue pour l'automne.

TVA n'a pas commenté ces rumeurs hier, affirmant qu'une décision finale sur le lieu de tournage de la série serait prise bientôt. On vous tient au courant.

COURRIEL Pour joindre notre chroniqueur: hdumas@lapresse.ca