Il a beaucoup été question de convergence - avec un grand C - à la télévision hier soir. À Tout le monde en parle, qui revenait en ondes après le long congé de Noël, la rencontre entre le président du syndicat des employés en lock-out du Journal de Montréal, Raynald Leblanc, et le chroniqueur pigiste Richard Martineau a produit plusieurs flammèches. Des colonnes de feu, même.

Mis à jour le 2 févr. 2009
Hugo Dumas LA PRESSE

Calme et posé, le photographe Raynald Leblanc a réexpliqué les enjeux du conflit au quotidien de la rue Frontenac. À ses côtés, Richard Martineau, qui a utilisé le mot «marde» à toutes les sauces, a joué les vierges offensées, jugeant «indigne» que Radio-Canada ne montre qu'un visage (syndical) de la guerre de tranchées qui divise Le Journal de Montréal. Hystérique, vous dites?

 

Réponse de Guy A. Lepage: «Je revendique le droit d'inviter qui je veux à mon émission.» Bien envoyé.

Après avoir visionné l'entrevue de Richard Martineau, ça ne m'étonnerait pas que la porte-parole de Quebecor, Isabelle Dessureault, le joigne pour lui offrir un poste à la haute direction de l'Empire. Pour paraphraser Dany Turcotte, pas de doute, le pamphlétaire va l'avoir, son augmentation.

Et fallait voir le visage ahuri de Richard Martineau quand Raynald Leblanc lui a avoué qu'il ne le lisait jamais. Hon! «C'est ça, parce que je n'ai pas de carte de syndicat, moi, je suis de la marde», s'est indigné le coanimateur des Francs-tireurs, qui a raté plusieurs belles occasions de se taire, hier. Pas seulement hier, siffleront les mauvaises langues.

«Ils ne vous engagent pas parce que vous êtes bon, ils vous engagent parce que vous coûtez moins cher», a expliqué Raynald Leblanc à propos des nombreux chroniqueurs pigistes qui écrivent dans Le Journal de Montréal. Insérez ici une scène d'indignation de Richard Martineau.

En poursuivant leur collaboration malgré le lock-out, ces pigistes-vedettes étirent le conflit, a ajouté le président du syndicat.

Sur le même plateau, Patrick Huard, qui joue dans Taxi 0-22 à TVA et qui enseignera à la Star Académie de Julie Snyder, a admis qu'il ne se désabonnerait pas du Journal de Montréal. «C'est un conflit que je comprends encore mal», a justifié Huard, dont le personnage de Rogatien Dubois dans Taxi 0-22 a déjà été porte-parole du Journal de Montréal. Il ne l'est plus aujourd'hui. «Je ne crois pas beaucoup au principe d'exclusivité», a noté Patrick Huard.

Pendant ce temps, sur les ondes de TVA, Le banquier (dans une émission spéciale commanditée par Vidéotron) a convergé en très haute vitesse. La concurrente d'hier soir, Valérie Ruah, 35 ans, est la millionième personne à s'être abonnée au service internet du câblodistributeur. Dans la vidéo de présentation, la participante a visité le siège social de Quebecor, où le grand patron, Pierre Karl Péladeau, lui a même remis ses prix (dont un abonnement d'un an au forfait Quattro de Vidéotron). Côté subtilité, on repassera.

Le banquier a aussi offert à Valérie Ruah un cellulaire Nokia assorti d'un contrat d'un an (tout payé) avec le service sans fil, ô surprise! de Vidéotron. Ce festival de l'intégration a permis à la cliente chanceuse de jouer avec une valise renfermant un million de dollars. Quel timing douteux. Pendant que 253 de ses ex-employés arpentent les trottoirs, Quebecor injecte des milliers de dollars dans un jeu télévisé. Malaise. D'accord, cette émission du Banquier a été enregistrée l'été dernier, mais sa diffusion tombe à un bien mauvais moment.

Bon, ça suffit, la convergence. Un peu de Bye Bye 2008, maintenant? Louis Morissette et Véronique Cloutier ayant refusé l'invitation de Guy A. Lepage, Jean-François Mercier a de nouveau justifié sa participation au Bye Bye, tout en reconnaissant l'échec de l'entreprise (insérez ici une 74e scène d'indignation de Richard Martineau, qui empiétait constamment sur Mercier).

En ouverture d'émission, Guy A. Lepage a annoncé la présence de deux invités (Anne-France Goldwater et Dave St-Pierre) qui ne sont finalement pas venus.

Anne-France Goldwater, l'avocate de la célèbre Lola, ex-conjointe de (ajoutez ici le nom d'un milliardaire montréalais), a renoncé tard jeudi à participer à la populaire émission de la SRC. Ma collègue Christiane Desjardins, qui a couvert ce procès ultramédiatisé, a remplacé Me Goldwater (une «connasse», selon le nuancé Richard Martineau) au pied levé. La juge Carole Hallée, qui préside la cause opposant Lola à Éric, ne voyait pas d'un bon oeil la présence de Me Goldwater chez Guy A. Lepage.

Quant au chorégraphe et danseur Dave St-Pierre, qui souffre de fibrose kystique, il ne se sentait pas assez en forme pour participer à l'enregistrement. Ce n'est que partie remise, a assuré l'animateur.

À la toute fin, énumérant les projets de Patrick Huard, Guy A. Lepage a même annoncé le début de Star Académie dimanche prochain, ce qui est tout à son honneur en cette période de combats extrêmes. Avez-vous déjà entendu Julie Snyder ploguer Tout le monde en parle pendant Le banquier? Pas moi.