Ai-je le droit de trouver complètement ridicule que dans certains abattoirs du Québec, les poulets doivent être tués la tête tournée vers La Mecque?

Publié le 19 mars 2012
Pierre Foglia LA PRESSE

Ai-je le droit, comme agnostique, de m'agacer de pratiques hystériques qui, si elles nous étaient rapportées par un anthropologue de retour de chez les Pygmées Wayouyous nous feraient sourire? On dirait: c'est incroyable! En fait, ce qui m'agace, c'est qu'il suffise que le sceau de la religion soit appliqué sur n'importe quelle niaiserie, et voilà que tout est cachère, tout est correct, plus le droit d'en rire... Et voilà Richard Gere qui embrasse les pieds du dalaï-lama chaque fois qu'il le voit, et voilà la spiritualité qui dégouline dans les buckets où elle se mélange au sirop d'érable.

On est dans un abattoir au plus creux de la Beauce et il y a ce type avec un chapeau en forme de moule à gâteau comme ils en portent dans les casbahs et qui dit aux poulets: La Mecque, c'est par là. Et couic, le poulet.

Interdiction de rire. Ou si l'on rit, il faut s'attendre à se faire traiter de raciste et de petit cousin de Marine Le Pen.

Ai-je le droit de m'étonner de la présence d'un imam - un curé musulman - dans certains abattoirs d'Olymel pour bénir les foutus poulets? J'ai milité toute ma vie pour que les écoles soient laïques, je suis en train de me demander si je ne me suis pas trompé, si je n'aurais pas dû commencer par militer pour la laïcité des abattoirs.

Suis-je trop moumoume, impressionnable, est-ce que je donne dans le plus Bambi des anthropomorphismes quand je dis qu'il est complètement débile d'égorger poulets, veaux, moutons, boeufs en s'assurant qu'ils sont bien conscients puisque c'est la conscience même de l'animal, au moment où le couteau lui tranche la gorge, qui fera que sa viande sera vraiment halal ou cachère?

L'étourdissement des animaux avant leur abattage est obligatoire dans les abattoirs de l'Union européenne. Peut-on dire qu'il s'agit là d'une valeur européenne? Voilà qu'un député du PQ, vétérinaire, se réclame de la même valeur, sauf qu'il a eu la maladresse de la dire québécoise et toute la province progressiste de s'étouffer aussitôt. Ce discours-là est si bien piégé, si lourdement «loadé» que le seul fait d'accoler le mot valeur au mot Québécois fait aussitôt des Québécois en question des cryptofascistes.

De nombreux pays européens, notamment la France, contournent l'interdiction européenne par des dérogations, mais pas les Norvégiens, pas les Suédois, pas les Grecs ni les Suisses, qui interdisent totalement l'abattage rituel. Est-ce que cela fait des Norvégiens, des Suédois, des Suisses et Grecs des membres du Parti québécois?

Je sais bien que les animaux de boucherie, surtout ceux des élevages intensifs et des grands poulaillers, je sais bien que ces animaux de consommation courante mènent une vie de merde, nourris de merde souvent transgénique, puis menés dans des conditions souvent épouvantables vers des abattoirs où ils entrent en hurlant. Mais justement, après cette vie de merde, est-ce bien nécessaire, juste avant que le couteau leur coupe la carotide, ou même quand il n'y a pas de couteau, est-ce bien nécessaire de leur tourner la tête vers la Mecque et de leur dire que Allah est grand?

Cela ne change rien dans notre assiette, c'est vrai. Cela n'a rien à voir avec le boeuf bourguignon ou les poitrines de poulet Célestine.

Pour moi, cette histoire d'abattage rituel a d'abord à voir avec le risible des religions. Je viens d'en parler. Mais surtout, cela a à voir avec notre rapport aux animaux. Une amie me disait: écoute, on ne parle pas de tes chats ici, mais d'animaux de boucherie.

Même les animaux de boucherie, chérie. Ce n'est pas parce que ce veau va finir en escalopes dans mon assiette, ce n'est pas parce que j'en mangerai peut-être le foie avec des petits oignons que je ne dois pas le traiter avec humanité, respect et - pourquoi pas? - affection.

Quand je me suis installé à la campagne, il y a 35 ans de cela, j'avais pour voisine une fermière anglophone qui élevait un troupeau de herefords, du boeuf-à-viande comme on dit; en fait, surtout des vaches. Elle leur parlait sans cesse en les soignant: good girl, good girl, Slurpy. Les nuits de vêlage, elle leur flattait les flancs tandis que la vache déchirée meuglait à mort, I know, I know, it's gonna be over soon. Était-ce Daisy qui lui avait donné un coup de tête cette fois-là? Don't you ever do that again or you'll go in the freezer...

Du boeuf à viande tant que voulez, mais pas à viande halal. Pour ce qui est des valeurs de ma voisine, je vous assure que ce n'étaient pas les mêmes que celles du vétérinaire du PQ. Pas du tout.

***

Notre rapport aux animaux, donc. Il en est pour qui il y a des chats, des chiens et des steaks. Pour d'autres, dont je suis, il y a aussi des lapins et des porcs-épics. Je vous disais dans une récente chronique que j'ai découvert un porc-épic dans un érable creux en bordure de mon bois. Je vais le visiter presque tous les jours, et l'autre jour, ils étaient deux! J'en fus tout ému. Fin mai, ils auront des bébés.

Je n'en finirais plus d'énumérer tout ce que j'aime des animaux, mais en fait, c'est assez simple à résumer: j'aime des animaux à peu près tout ce que j'aime des humains, plus deux choses qui n'appartiennent qu'aux animaux:

ils n'ont ni dieux ni diables;

ils ne sont jamais ridicules.