Sur les 45 joueurs de football des Carabins de l'Université de Montréal, seulement trois recrues ont réussi à mériter un poste de partant. L'un d'entre eux s'appelle Rotrand Sené. Il a 20 ans. Vous l'avez peut-être vu diriger, avec un succès étonnant, l'attaque wild cat, c'est-à-dire sans quart-arrière, contre le Rouge et Or de Laval il y deux semaines...

Ronald King LA PRESSE

À 5'10 et 195 livres, Rotrand Sené est difficile à mettre à terre. Et ce n'est pas d'aujourd'hui.

«Quand j'allais à l'école primaire, les autres écoliers n'étaient jamais capables de m'attraper. J'étais rapide sur mes pieds. Aussitôt que j'ai eu l'âge de jouer au football, en secondaire II au collège Notre-Dame, je me suis inscrit. Les entraîneurs m'ont tout de suite placé au poste de demi offensif.

«C'est le seul sport qui m'intéresse. J'aime déjouer des adversaires, leur faire rater leurs plaqués... J'aime les contacts physiques aussi, mais à ma position, il vaut mieux éviter les contacts...»

Ont suivi les Spartiates du Vieux-Montréal et l'entraîneur-chef des Carabins, Marc Santerre, avait déjà Sené à l'oeil.

«J'ai eu la chance de le diriger à l'Alouette Bowl, le match des étoiles des écoles secondaires. Je n'avais jamais vu un aussi bon joueur de football depuis Tshimanga Biakabutuka. Je l'ai suivi pendant ses trois années au Vieux-Montréal, je lui parlais souvent. Et maintenant, il est ici...

«Nous avons trouvé un garçon spécial. Tous ceux qui le rencontrent me disent qu'il est toujours poli, effacé, gentil, calme. Tout le milieu du football le connaissait, je ne sais pas s'il a eu des offres d'autres universités, mais je pense que son parcours montréalais, Notre-Dame - Vieux-Montréal, nous a aidés.»

Rotrand Sené habite Cartierville avec ses parents, deux frères et une soeur. Il étudie à HEC Montréal.

«Mais je ne dirais pas non à une carrière professionnelle, dans la LCF ou la NFL.»

«Wild cat»

Lorsque Marc Santerre, qui devait préparer un match sans quart-arrière - tous les trois étaient blessés - a fait savoir à Sené qu'il allait diriger une attaque wild cat, le jeune homme a d'abord été surpris, puis stressé.

«On a eu trois jours pour se préparer. Aux premiers essais, ça ne marchait pas du tout. Il fallait que je mène la cadence, que j'annonce les jeux...

«À la première remise de ballon à Québec, j'étais vraiment nerveux. Il y avait les caméras de télévision, une foule de 16 000 personnes qui criaient et comme je n'ai pas une voix forte, j'avais du mal à me faire entendre de mes coéquipiers. Mais après le premier jeu, je n'étais plus nerveux.»

On en demandait beaucoup à cette recrue sortant à peine du cégep, mais les fans des Carabins l'ont déjà adopté comme leur préféré. Ils se lèvent quand l'annonceur maison présente Rotrand Sené...

En quatre parties, il a porté le ballon 65 fois pour 447 verges de gains et trois touchés.

«Je ne savais pas, dit Sené. Je n'ai pas remarqué, tout va tellement vite, il y a tellement de choses qui arrivent en même temps. Je ne pensais pas avoir autant de succès si vite; mais je m'étais bien préparé. Je me suis entraîné très fort.»

Et le grand saut à l'université? «Chez les Carabins, l'accueil a dépassé mes attentes. Nous sommes une famille, j'aime beaucoup faire partie de ce groupe. Pour les études, c'est comme je pensais. Aux HEC, on touche un peu à tout pendant un an ou deux et puis on choisit sa spécialité. Jusqu'ici, je pense à la comptabilité, mais ça pourrait changer.»

À moins que le football retarde les plans du comptable.

Rotrand Sené a-t-il ce qu'il faut pour mener une carrière professionnelle, M. Santerre?

«Il est tôt pour en parler, mais Rotrand est déjà à un niveau élevé pour un gars de 20 ans. Si tout va bien, il a certainement le talent pour les pros.»

Tout ça pour vous dire que c'est dimanche prochain, au CEPSUM, qu'aura lieu le match dont on dit qu'il est le plus important de toute la saison de football universitaire au Québec: Québec à Montréal.

Si le stade du CEPSUM n'est pas plein à capacité (5000 places), ce sera décevant.

Le tailgate commence à 10h, barbecue fourni; apportez votre bouffe et vos boissons (en cannettes).