On rencontre Mathieu Brossard et on se dit tout de suite: tiens, un joueur de football. Le physique ne ment pas: 6'4, 245 livres, le ventre plat, les épaules énormes...

Ronald King LA PRESSE

L'ailier défensif des Carabins de l'Université de Montréal, qui en est à sa cinquième et dernière année d'études, était classé parmi les 15 meilleurs footballeurs universitaires au Canada lors du dernier repêchage de la LCF. Mais il a averti toutes les équipes de cette ligue de ne pas le repêcher, parce que le football ne comptait pas dans ses plans d'avenir.

Mathieu Brossard, qui fait du marketing et du management aux HEC, a déjà un pied dans l'entreprise familiale, Brossard Frères, qui met en marché les produits Café Brossard.

La florissante entreprise est dirigée par son père, Jean, ses deux oncles et sa tante. Avec Mathieu, la compagnie accueillera la quatrième génération de Brossard. L'arrière-grand-père de Mathieu a fondé un tout petit commerce qui a grandi, grandi...

«On fait de l'importation et de la torréfaction. Je touche à tout, pendant l'été et pendant mes temps libres. Je passe d'un département à l'autre, je fais même de la torréfaction... J'apprends. Mon père me dit que le monde des affaires ressemble parfois au football...

«J'avoue que j'y ai pensé longtemps avant de décider d'abandonner le football. J'en ai parlé à ma famille et mes amis - sa blonde, Claudiane Tremblay, ex-joueuse de soccer des Carabins, passe son barreau. Je n'avais pas envie de me retrouver n'importe où.»

Dans la LCF, il est vrai que toutes les villes ne sont pas attirantes...

«Maintenant que c'est fait, je ne regrette pas ma décision. Pour réussir en sports et études, il faut pas mal de discipline, mais tout se passe bien pour moi. Je vais toujours garder un bon souvenir de mes années de football. Ça va certainement me manquer. Mais tout est passé si vite, j'ai l'impression d'être arrivé hier chez les Carabins.»

Mathieu, qui est originaire de Montréal, a fait ses études secondaires à Notre-Dame et son collégial à Grasset, deux bonnes écoles de football. Au collège Notre-Dame, son entraîneur-chef était Denis Touchette, qui est maintenant coordonnateur de la défense des Carabins.

«Je l'ai connu à 14-15 ans. Il était déjà grand pour son âge, rappelle Touchette. Il a commencé sur la ligne offensive, mais comme il a de bonnes qualités athlétiques, il est vite passé à la ligne défensive.

«C'est un garçon qui ne parle pas beaucoup. Il est très low profile. Il a une éthique de travail exceptionnelle. C'est un bon exemple pour les autres. Un joueur facile à diriger aussi...

«Et puis, comme on dit dans le milieu, il a un moteur. Il n'arrête jamais, il est toujours intense.»

Mathieu dit maintenant adieu au football professionnel...

«Ça m'a surpris, a dit Touchette. Après tout le travail qu'il a mis dans le football... Il aurait eu de bonnes chances de décrocher un poste de partant. Il aurait certainement été bon sur les unités spéciales dans la LCF.»

Mathieu Brossard va plutôt brasser des affaires...

Mégatailgate

Les Carabins lancent leur saison 2009 en recevant les Redmen de McGill au CEPSUM, jeudi, à 19h.

Le match sera précédé d'un 4 à 7 mégatailgate où l'on vous fournira les BBQ. Vous apportez votre bouffe et vos breuvages. Des vestiaires seront disponibles pour ranger votre matériel pendant le match.

Il y aura un groupe rock, un DJ et de l'animation, menée par Bruno Heppel et les cheerleaders des Carabins.

Que la fête du football universitaire commence...

Un peu de rigueur, svp.

Il y a des choses, dans nos médias locaux, qui vous font parfois avaler votre café de travers.

Prenez Claude Poirier, hier matin, à LCN. Il parlait au père du hockeyeur Jonathan Boutin, qui a subi un grave accident (ou agression?) en Russie. Dans son numéro d'hier, La Presse rapportait les propos du père de Boutin, qui craignait pour la sécurité de son fils.

Jusque là, ça va.

Mais M. Boutin père, désemparé par le fait que son fils soit toujours hospitalisé en Russie, a déclaré à LCN qu'il n'avait jamais parlé à La Presse. Sauf que ma collègue Daphné Cameron avait pris soin d'enregistrer la conversation dont on pouvait entendre des extraits sur Cyberpresse à ce moment-là.

Oups...

Et Poirier de s'époumoner contre La Presse et ma collègue. «C'est terrible! Ce n'est même pas vrai!» Il criait au scandale.

Je ne blâme pas le père de Jonathan Boutin qui vit un drame. Mais je blâme Claude Poirier de ne pas avoir vérifié avant de pointer La Presse et Daphné Cameron du doigt.

Un peu de rigueur, svp. Ça ne fait que du bien.

«C'est sûr et çartain», comme dirait Claude Poirier lui-même.

Photo: David Boily, La Presse

Mathieu Brossard est un excellent ailier défensif avec les Carabins de l'Université de Montréal. Mais le football ne compte pas dans ses plans d'avenir.