La saga entourant l'emprisonnement de la star du hip hop américain Lil Wayne prend des airs de vaudeville. Sa condamnation a dû être encore reportée, en raison cette fois d'un incendie au palais de justice où il s'est présenté ce midi.

Mis à jour le 2 mars 2010
Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

Vers 10h30, l'édifice du Manhattan Criminal Courthouse, à New York, a été la proie d'un incendie qui s'est déclaré au sous-sol. Huit personnes ont été incommodées par la fumée, rapporte le site du New York Times. Les pompiers ont maîtrisé les flammes en 45 minutes, mais l'édifice, complètement évacué, a été fermé pour la journée, remettant à une date ultérieure et jusqu'ici non confirmée, la condamnation du rappeur Lil Wayne.

C'est la seconde fois que la vedette évite, temporairement, de prendre le chemin de sa cellule, lui qui avait plaidé coupable en octobre 2009 au port d'arme à feu illégal. Sa peine, fixée à un an de prison, pourrait cependant être raccourcie à huit mois, estiment les observateurs.

Le 9 février dernier, le juge avait accordé un délai au rappeur pour qu'il puisse consulter un dentiste. Ce dernier avait du pain sur la planche: les rumeurs rapportent que Lil Wayne aurait passé huit heures sur la chaise longue pour subir pas moins d'une douzaine de traitements de canal et faire ajuster sa prothèse dentaire ornée de diamants - d'une valeur estimée à 150 000 $ qu'il aurait fait remplacer par de l'or - qui fait scintiller les sourires des rappeurs les plus fortunés.

Lil Wayne n'est cependant pas au bout de ses peines. Le 30 mars prochain débute un nouveau procès contre lui, cette fois devant les tribunaux de l'Arizona. Au port d'arme illégal s'ajoute cette fois une accusation de possession de stupéfiants...

Son plus récent album, le très rock Rebirth, est paru le 2 février dernier.

Le lancement de son prochain, le huitième, portant le titre Tha Carter IV, est déjà annoncé pour le début 2011, après que le rappeur ait purgé sa sentence.