Pour la 10e présentation du Festival international des arts jeune public, qui démarre le 17 novembre, le directeur artistique et fondateur de l'événement bisannuel, Rémi Boucher, a programmé 10 nouvelles créations québécoises (sur 18 productions).

Mis à jour le 23 oct. 2008
Jean Siag LA PRESSE

La divulgation de la programmation des Coups de théâtre est toujours un événement attendu. D'abord en raison des nombreuses créations qui y sont annoncées. Ensuite par la qualité des productions à laquelle nous a habitués Rémi Boucher depuis près de 20 ans.

 

Cette 10e programmation témoigne bien de la vigueur du théâtre jeunesse d'ici. Et de l'intérêt grandissant des créateurs pour ces spectacles qui ont l'avantage d'attirer à la fois des enfants... et leurs parents. Une occasion rêvée pour le festival de faire d'une pierre deux coups.

«Dans le théâtre jeunesse, il y a un rapport d'énergie particulièrement vrai entre celui qui donne et celui qui reçoit, explique Rémi Boucher. Cette circulation d'énergie, quand ça marche, est d'une extrême beauté.»

Pour cette année anniversaire, plusieurs créations québécoises sont donc au menu, essentiellement du théâtre, mais aussi de la danse et de la musique. Des compagnies belges et françaises seront également présentes, dont le Français «le plus en demande d'Europe» Joël Pommerat, qui présentera en ouverture des Coups, son adaptation du Petit chaperon rouge.

Parmi les curiosités à surveiller, mentionnons La robe de ma mère de Serge Marois, Kiwi de Daniel Danis, L'ombre de l'escargot de la compagnie Nuages en pantalon, ainsi que la pièce pour ados Isberg du Théâtre Le Clou, dont la musique a été composée par Yann Perreau.

Autre originalité, Le cabaret dansé des vilains petits canards, chorégraphié par Hélène Blackburn, qui crée un dialogue entre le Vilain petit canard du conte d'Andersen et Odette, du Lac des cygnes. Enfin, Wouaf! Art, création norvégienne, met en scène un personnage clownesque passionné de chiens... et de peinture.

Côté musical, la compagnie Qui va là s'associe à la Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) et à son chef Walter Boudreault pour présenter La fugue. La construction narrative de la pièce, qui aborde vraiment le thème de la fugue, est calquée sur une «fugue musicale» (une entrée successive de voix qui se répètent).

Rémi Boucher a également voulu rendre hommage à sa complice Agnès Limbos qui revisitera sa création Petit pois, présentée au tout premier festival (en 1990). La pièce, qui a voyagé un peu partout dans le monde, enquête sur les origines d'un petit pois retrouvé dans un chou-fleur...

Enfin, le programmateur en profite pour souligner les 40 ans de la compagnie Youtheatre, en offrant (en français) la pièce Bang Boy Bang!, drame écrit par le Canadien Ed Roy qui sonde l'âme perturbée d'un ado qui a agressé son amoureuse. Le festival propose aussi un «parcours déambulatoire» appelé Bulles. Il s'agit du récit de trois contes (inuit, amérindien et québécois) narrés par des comédiens et de petites marionnettes dans d'immenses bulles extérieures sur l'esplanade de la Place des Arts.

________________________________________________________________________________________

Les Coups de théâtre, du 17 au 30 novembre à l'Usine C, la Place des Arts, Tangente, ainsi que dans les maisons de la culture Frontenac et Plateau Mont-Royal. Pour l'ensemble de la programmation: www.coupsdetheatre.com