Véronique Cloutier animera ce printemps un nouveau talk-show hebdomadaire à l'antenne de Radio-Canada. Le Verdict, un concept original de l'auteur Louis Morissette et du réalisateur Alain Chicoine, confrontera une personnalité à l'image que s'en fait le public.

Mis à jour le 14 janv. 2010
Marc Cassivi LA PRESSE

Fondée sur des sondages, cette émission intrigante de 60 minutes sera diffusée dès le mois d'avril, en soirée. «On va remplacer le Téléjournal de 22 h!» ironise son concepteur Louis Morissette, en précisant que la case-horaire du Verdict n'a pas encore été déterminée.

L'auteur de C.A. fait bien sûr référence à la mésaventure de Véro, le précédent talk-show de Véronique Cloutier, qui avait fait les frais d'une stratégie inopportune de son diffuseur. En confiant à son animatrice-vedette la case traditionnelle du Téléjournal de 18 h, Radio-Canada avait soulevé l'ire de bien des téléspectateurs. Le talk-show, réduit d'une heure à une demi-heure, puis déplacé à 17 h 30, n'a été diffusé qu'à l'automne 2005 et à l'hiver 2006 en raison de cotes d'écoute décevantes.

Ironiquement, c'est l'échec de Véro qui a inspiré à Louis Morissette l'idée du Verdict. «On s'est posé beaucoup de questions à l'époque, dit-il. On s'est demandé si la case-horaire n'était pas qu'un facteur parmi tant d'autres. L'histoire du père de Véro venait de sortir. Elle a décidé de commander un sondage sur la perception qu'avaient les gens d'elle. Les résultats ont été étonnants. Je me suis dit qu'il y avait là matière à une émission.»

Le Verdict s'intéressera à cette dichotomie entre la perception populaire et la perception qu'a un artiste, un politicien, un athlète, de lui-même. Chaque semaine, deux personnalités seront confrontées à un sondage mené à leur sujet par une firme spécialisée auprès d'un échantillon d'environ 500 personnes. Avez-vous l'impression que tel acteur est baveux, que tel humoriste est prétentieux, que tel politicien manque de charisme? L'invité aura l'occasion de défendre son point de vue. «S'expliquer intelligemment, c'est toujours à son avantage», croit Louis Morissette.

Un sujet d'actualité sera également abordé. Lors du «pilote» (l'émission-essai), enregistré en novembre 2008, le maire de Québec, Régis Labeaume, a répondu aux questions de Véronique Cloutier sur l'impression laissée par les célébrations du 400e anniversaire de la capitale. «Plus de 30 % des répondants de Québec ont avoué qu'ils avaient un complexe d'infériorité vis-à-vis des Montréalais, et 60 % des Montréalais ont répondu qu'ils avaient un complexe de supériorité!» s'étonne encore Louis Morissette.

«En plus d'inviter des gens comme Guy A. Lepage ou Guy Carbonneau, on pourrait parler, par exemple, de l'appui à la souveraineté du Québec avec Bernard Landry, précise l'auteur et comédien. Est-ce que les gens s'en désintéressent réellement? Est-ce que les jeunes s'en préoccupent toujours? On veut prendre instantanément le pouls des gens.»

Le ton de l'émission, insiste son concepteur, sera à l'image de son animatrice. Ni grinçant ni agressif. «Véro aime la télévision, les artistes, les gens. Elle n'aime pas la controverse ni la chicane. Elle a beaucoup d'empathie. L'émission aura le ton de Véro. Elle sera le porte-voix du public. Elle posera des questions que les gens se posent, parfois depuis longtemps.»

La collecte et l'analyse des résultats des sondages prendront plusieurs semaines. Aussi, la préproduction de l'émission est déjà bien amorcée et quelques invités (trois par semaine, présents tout au long de l'émission) ont déjà été approchés. Un psychologue et un sondeur seront jumelés à l'équipe de production, afin de bien cerner les enjeux et approfondir la matière.

Trouver des volontaires risque-t-il d'être difficile? «D'instinct, je crois que les gens seront un peu craintifs, admet Louis Morissette. Mais ils seront sans doute curieux de connaître les résultats du sondage. À la fin de l'émission, on leur remettra tous les résultats, même ceux dont il n'aura pas été question en ondes. C'est un sondage qui coûte quand même 5000 ou 6000 $!»

Un sondage sous forme de «verdict populaire», pouvant être assimilé à une mini-étude de marché par les participants. «C'est évident que les résultats du sondage peuvent être raides, mais on contrôle ce qu'on met en ondes. On me reproche souvent d'utiliser des métaphores sportives; en voici une autre: on ne veut pas coincer les invités dans un coin. On leur donne la rondelle devant le filet. À eux d'en faire ce qu'ils veulent.»

Le Verdict, enregistré devant public et produit par Novem, l'ancienne maison de production de Véronique Cloutier, sera en ondes pendant 10 semaines. Louis Morissette espère que l'émission pilotée par son amoureuse - qui anime par ailleurs Paquet voleur à Radio-Canada ainsi que la quotidienne Les Midis de Véro à Rythme FM - connaîtra plusieurs printemps.

L'auteur de C.A., qui prendra fin cette saison, souhaite également exporter son concept de talk-show à l'étranger. «Tous les pays ont leur star-système et leur talk-show classique. Je ne propose rien de révolutionnaire. Seulement une prémisse différente, du point de vue du public. Je crois qu'il y a un potentiel.»