Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) juge que la Société Radio-Canada (SRC) devrait s'excuser auprès de ses auditeurs pour le contenu de sketchs présentés lors du Bye Bye 2008. Dans une décision rendue hier, l'instance blâme le télédiffuseur pour avoir enfreint un règlement qui interdit la diffusion de propos offensants.

Mis à jour le 1er sept. 2009
Daphné Cameron

«Nous nous sommes excusés à maintes reprises et nous étudions présentement comment de plus amples excuses pourraient être exprimées», a indiqué le directeur des relations publiques de Radio-Canada, Marc Pichette.Dans sa décision, le CRTC a statué sur 250 plaintes et une pétition de 2000 signatures reçues à la suite de la diffusion de l'émission, le 31 décembre et le 1er janvier dernier.

Rappelons que des sketchs humoristiques sur les frasques médiatiques de Nathalie Simard, sur la famille de Patrick Roy ainsi que l'utilisation du mot «nègre» avaient suscité un tollé de la part d'organismes et au sein du public.

Quelques jours plus tard, la productrice Véronique Cloutier et l'auteur Louis Morissette s'étaient publiquement excusés, principalement pour le sketch sur Natalie Simard.

Propos offensants

Dans sa décision, le CRTC tranche que plusieurs sketchs humoristiques, dont celui sur le président des États-Unis, Barack Obama, contenaient des propos négatifs et des représentations négatives des personnes de race noire, ce qui contrevient au Code sur la représentation équitable de l'Association canadienne des radiodiffuseurs.

Selon le CRTC, la représentation de Nathalie Simard et celle de la violence au sein de la famille Roy n'enfreignent toutefois pas de réglementation applicable.

La décision indique toutefois que le diffuseur aurait dû effectuer une mise en garde à l'auditoire, lors de la rediffusion de la revue de fin d'année, le 1er janvier à 20 h.

C'est pourquoi le CRTC demande des excuses «complètes» et «sans réserves» de la part de la SRC.

Du côté de Radio-Canada, on dit avoir pris «bonne note» des reproches du CRTC.

«C'est quand même une décision importante rendue par le CRTC donc de facto, c'est normal que l'on ait des discussions internes qui vont débuter sous peu», a dit Marc Pichette.

Dans ses conclusions, le CRTC demande à la station de télévision d'adopter des mécanismes qui permettront d'éviter qu'une situation aussi fâcheuse se reproduise.

«Nous avons déjà des mécanismes très rigoureux sur le plan de la direction des programmes», a ajouté le porte-parole. «Mais c'est un souhait du CRTC, alors il faut que l'on en discute avec la direction des programmes et la direction générale.»