Quand Chantal Fontaine a appris en décembre dernier que les auteurs Anne Boyer et Michel D'Astous préparaient un téléroman appelé Yamaska, elle a eu un flash. L'espace d'un instant elle s'est dit «Ah, ce serait cool. C'est quand même ma rivière!»

Marie-Claude Girard LA PRESSE

«C'est ma jeunesse, c'est mon coin!» explique la comédienne, qui a habité Saint-Hyacinthe jusqu'à ses 18 ans. Et il y a aussi une certaine ressemblance entre sa ville natale et Granby, où se situe l'action de Yamaska.

 

Chantal Fontaine a joué tout l'été la comédie au théâtre Saint-Sauveur. Mais c'est avec cette nouvelle émission qu'elle fait un retour à la télévision, un an après avoir quitté Virginie, dans des circonstances tumultueuses.

Aujourd'hui, son conflit avec la productrice Fabienne Larouche, largement médiatisé, semble loin derrière elle.

Elle n'a pas de regret, pas d'amertume, dit-elle. «J'ai fait mes choix. Je les assume. C'était ma volonté de tourner une page. J'avais besoin d'aller voir ailleurs, d'avoir d'autres défis. J'assume tout ce qui vient avec ce choix.» Et elle se trouve très privilégiée d'avoir pu le faire. «Je n'ai pas deux secondes à perdre à ressasser le passé.»

Au coeur de Yamaska, donc, l'amitié entre quatre jeunes hommes de 18 à 23 ans (interprétés par Adam Kosh, François Arnaud, Pascal Darilus et Émile Mailhiot), mais aussi l'amitié entre leurs pères. Un accident vient bousculer la vie heureuse et insouciante des jeunes et de leurs familles.

Chantal Fontaine y interprète la mère du jeune Harrisson. Une femme de 45 ans, mère de quatre grands enfants qui a pris très tôt des responsabilités, la gérance de la pépinière de la famille de son mari. Une femme qui a travaillé fort, qui a élevé ses enfants. Une femme au parcours apparemment sans faille qui se retrouve avec une trappe qui s'ouvre sous ses pieds, explique la comédienne.

«Elle devient en assez grande détresse, pleine de contradictions. Ses repères ne sont pas assez solides pour elle. Il y a comme une part de sabotage, comme si elle laissait tomber cette vie-là qu'elle a toujours menée. Tout à coup, ce n'était plus ce qu'il lui fallait.»

Normand D'Amour interprète son mari, Michel Dumont son beau-père. Les autres parents dans la tourmente sont joués par Anne-Marie Cadieux et Patrick Labbé, Élise Guilbault et Denis Bernard. Le cinquième téléroman des auteurs de Nos étés, Le retour et Deux frères pourrait bien remplacer le vide laissé par Annie et ses hommes, qui a été un grand succès populaire.

«Si j'ai une certitude, c'est que chacune des scènes a été jouée dans la vérité», dit Chantal Fontaine.

Non, elle n'a pas senti le besoin de se couper les cheveux ou de se teindre en blonde pour faire oublier les 12 années dans la peau de Virginie. Juste assez long, une pause d'un an? «Un an, c'était parfait. Cela a permis de laisser retomber la poussière, de déménager, de brasser les choses pour un autre cycle.»

Début: la semaine du 28 septembre

ÉGALEMENT À TVA

Le gentleman

Une autre série reportée, mais attendue pour le talentueux duo d'auteurs Michel D'Astous et Anne Boyer, qui signent ici un suspense policier. David Boutin incarne un jeune policier dont la vie bascule lorsque son amoureuse meurt dans un attentat. Agent double naviguant aux frontières de la légalité, il s'acharne à retrouver le coupable. Une quête qui remuera également ses proches, alors qu'un meurtrier en série rôde. Risques, dangers et émotions, nous promet-on. Réalisé par Louis Choquette, un artisan qui en a vu d'autres (Temps dur, Les Parent, Cover girl)

Début: la semaine du 5 octobre

Lance et compte: le grand duel

Les plus mordus ont payé pour la voir sur la chaîne Illico l'année dernière. Les autres retrouveront enfin la suite de la série de Réjean Tremblay, qui devait être diffusée l'hiver dernier à TVA. Le grand duel est multiple: entre le Canadien de Montréal et le National de Québec. Entre Gilles Guilbeault (Michel Forget) et son successeur Jérôme Labrie (Raymond Bouchard), entre Jacques Mercier (Yvan Ponton) et Marc Gagnon (Marc Messier). Et entre Suzie Lambert (Marina Orsini) et une saleté appelée cancer du sein. De nouveaux venus: Sébastien Delorme, en capitaine du Canadien, et Jean-Michel Anctil en fan fini de hockey. Réalisé par Jean-Claude Lord.

Début: la semaine du 21 septembre.

Occupation double

Nouveau décor pour la sixième saison de la téléréalité la plus écoutée au Québec l'an dernier, avec 1,78 million de téléspectacteurs en moyenne. Sous l'oeil de la caméra, les garçons et filles à la recherche du partenaire idéal, de voyages exotiques et des «quelques milliers de dollars en prix» s'installent en République dominicaine. Une façon de se payer des paysages de rêve tout en multipliant les occasions de se promener en petite tenue ou de barboter dans la mer. L'animateur Joël Legendre est toujours à la barre du navire.

Début: la semaine du 21 septembre.